Maudite

En ce moment je suis maudite, je rate tout ce que je touche. Oui, bon, j’exagère, je sais. J’ai réussi pas mal de trucs, par exemple j’ai trouvé le patron parfait pour faire des nœuds papillon et j’en ai offert une tripotée à Noël. Mais à part ça, depuis fin novembre, je rate quand même plein de trucs, on dirait que je le fais exprès.

Le pull raglan Jane Richmond

Depuis que j’ai découvert les patrons de tricot en « top down » et sans couture, je ne m’imagine pas tricoter autrement, c’est tellement agréable de pouvoir essayer son vêtement sans passer par la case couture, et même au cours de la réalisation !

Enfin, quand on pense à le faire, en fait, parce que pour celui-ci, je n’ai rien essayé du tout, et je me suis aperçue aux 3/4 qu’il était vraiment beaucoup trop grand.

20161019_132949

On reprend tout depuis le début, et arrivée la moitié de la seconde manche, je m’aperçois que je n’ai plus de laine. Ras le bol de tricoter encore et toujours la même chose ! Le joli pull attend encore que je me décide à bouger mon lard jusque chez Phildar.

Le châle Rosewater

Celui-là c’est un cadeau que j’ai offert à ma correspondante.

Mon échantillon était un millipoil trop petit, seulement 5 mm en largeur, mais je n’ai pas voulu prendre des aiguilles plus grosses, j’avais l’impression que les mailles se tenaient mieux avec des petites aiguilles.

20170104_130409

Le châle terminé doit normalement faire 1,80m de long, et il faut croire que j’ai tricoté plus serré que pendant mon échantillon, car mon châle terminé, bloqué, étiré au maximum était 40 cm trop petit.

C’est reparti avec les aiguilles de la taille au-dessus, et là, miracle, il est parfait : prêt à offrir. Et comme le « raté » est quand même joli, je le garde pour moi, tout n’est pas perdu.

Le manteau Vogue 9136

C’était le projet du mois de décembre, je voulais me coudre un manteau. Je trouve le patron, le Vogue 9136, j’achète le tissu, jusque-là ça va.

pdtimg_2976489b

J’avais déjà acheté un patron « Vogue Vintage » qui m’avait filé des sueurs froides rien qu’à lire les explications en français. Après avoir passé 2 jours à tout retraduire en français, j’avais finalement laissé tomber le projet parce qu’avec ses 65 étapes il m’avait l’air franchement trop difficile pour moi.

J’ai mis ça sur le compte de la catégorie « Vintage » : si les explications datent vraiment des années 50, à l’époque les traducteurs EN-FR compétents aux USA ne couraient peut-être pas les rues ?

Cette fois-ci j’ai tiqué quand j’ai vu que c’était Vogue, mais je me suis dit que comme c’était un « super easy » et plus actuel j’aurais sûrement moins de difficultés.

img_20161118_130703

Sérieusement ?? On est à 3 clics de n’importe quel traducteur diplômé partout dans le monde, et les explications sont toujours aussi incompréhensibles ! Sans parler des erreurs de formatage, il y a des guillemets partout à la place des lettres accentuées… ça vous arrive de relire ? Sérieusement les gens de Vogue, j’ai la chance d’être douée en langues alors ça ne m’empêchera pas de coudre mon manteau en suivant les explications en anglais, mais les gens qui savent pas, ils font quoi ? Ils se disent « je viens de mettre 15 balles dans le vent, tant pis pour moi »?

A la couture c’était une catastrophe, ma machine, bien que vaillante, n’est pas faite pour supporter autant d’épaisseur, et le tissu ne devait pas être adapté au modèle car ça tombe n’importe comment. Et c’est trop grand, aussi, vraiment beaucoup trop grand.

J’ai essayé des manteaux dans ce style en magasin, donc à la bonne taille et dans un tissu approprié et… j’aime pas du tout. Je ne sais pas ce qui m’a pris, c’est aux antipodes de ce que je porte habituellement : taille inexistante, oversize, du style, où ça ? Bref, pas pour moi du tout, en fait.

Le cropped sweater

Encore un modèle sorti de Ravelry, je l’imaginais parfaitement dans la laine Mango que j’ai reçue en cadeau à Noël, une laine polaire toute douce, une fois tricotée on dirait un doudou.

20170104_130253

Comme c’est une plaie à tricoter, les rangs avec des YO (les rangs à troutrous) n’étaient pas vraiment envisageables, je perdais une maille sur 2 sans espoir de la retrouver tant les mailles se confondent, j’ai donc remplacé par 3 rangs normaux pour quand même avoir la même longueur à la fin. Je ne sais pas si c’est mes ajustements ou juste mon échantillon qui n’était pas bon, mais encore une fois, à l’essayage:

3943

Je suis tentée de laisser tomber, mais j’imagine si bien le pull fini, je vais le refaire quand même. Avec des aiguilles plus fines, une taille en-dessous, en mesurant régulièrement… est-ce que je réussirai en 2017 à finir un tricot du premier coup ? Si ça arrive, vous en serez les premiers informés !

Je couds ma garde-robe capsule 2017

Après avoir vu environ 150 fois le hashtag #jecoudsmagarderobecapsule2017 sur Instagram, je me suis enfin décidée à chercher ce que ça pouvait bien vouloir dire.

Voici les règles du jeu que j’ai pu trouver sur le topic dédié Thread&Needles:

« → Choisir 12 (ou 6) patrons, dans chaque catégorie de vêtements : 1 haut (chaine et trame) / 1 haut (jersey) / 1 robe / 1 pantalon / 1 short / 1 jupe / 1 chemise / 1 combinaison / 1 manteau / 1 veste / 1 vêtement de nuit / 1 maillot de bain

→ Présenter sa sélection de patrons dans la première semaine du mois de janvier 2017 (optionnel)

→ Présenter le vêtement cousu le dernier jour du mois sur son blog ou sur les réseaux sociaux avec le hashtag dédié.

Si vous ne portez pas de pantalons, ou de maillot de bain, vous pouvez adapter légèrement le thème pour qu’il corresponde à ce que vous portez. Le but est vraiment d’avoir une garde-robe fonctionnelle, qui vous corresponde.

Vous pouvez en profiter pour n’utiliser que des patrons que vous possédez et n’avez jamais réalisés. Pour vous faciliter la vie vous pouvez alterner des pièces complexes et des pièces plus simples. »

Un mix entre projets du mois et wishlists, ça m’a l’air taillé pour moi cette affaire !

J’aurais du me pencher sur la question plus tôt, puisque je suis déjà en retard pour présenter mes projets, mais comme c’est optionnel, on va dire que « ça compte pas ».

Je ne vais pas me rajouter de contraintes du genre « que des patrons que j’ai en stock », parce que mon bullet journal me souffle que je suis pas très douée en ce moment pour m’imposer des trucs.

Je ne promets pas non plus de m’y tenir, ça ne me réussit pas de me projeter trop loin dans le temps, mais je vais essayer ! Et d’ailleurs, puisque les règles disent bien « choisir 12 (ou 6) patrons », je vais considérer que j’en choisis 12 maintenant, mais que si à la fin de l’année j’en ai 6 de faits sur les 12, j’aurai tenu le pari. Ça me semble honnête non ?

Puisqu’on peut adapter le challenge en fonction de sa garde-robe et de ses habitudes, je vais déjà remplacer le vêtement de nuit et le maillot de bain par des robes. Ce sont des projets qui ne me tentent pas du tout et je n’arriverais jamais à choisir une seule robe pour toute l’année, vous vous rendez pas compte vous ! Je ne porte jamais de combinaison, par contre les chemises me tentent de plus en plus, je remplace donc la combi par une chemise.

Janvier

Pour janvier (déjà bien entamé) j’aimerais un pantalon style années 40, très large, à taille haute et cintrée. Je n’ai pas de patron en stock qui y corresponde, mais j’ai le tissu :

janvier

Si je n’ai pas le temps, je verrais bien un short (dans ma tête plus le vêtement est petit, plus il est rapide à coudre, mais je doute que ce soit vraiment le cas).

Février

En février (l’approche des températures plus douces peut-être) je vois bien une chemise Bruyère en chambray, à manches longues.

fevrier

Mars

Une robe pour mars, pour ça ce ne sont pas les patrons qui me manquent, pour le printemps j’imagine une robe légère, avec des petites manches et qui se porterait aussi bien avec que sans collant.

mars

Avril

Depuis que j’ai failli perdre ma veste Lupin j’ai très envie de m’en faire une deuxième (au cas où, on n’est jamais trop prudent) mais dans une autre couleur, peut-être une autre matière

avril

Mai

… une robe ? Allez une vintage cette fois, avec jupe corolle, et si je pouvais trouver un tissu aussi original que celui-ci, ce serait parfait :

 

Mai.jpg

 

Juin

Je porte beaucoup de shorts l’hiver, avec des collants, mais beaucoup moins l’été, pourquoi pas profiter du challenge pour m’y mettre ? Peut-être même un vintage à taille haute, ce serait une première.

juin

Juillet

Je n’ai pas encore casé les hauts dans ma liste, pourquoi pas celui en jersey. Un infinity top dans le style de l’infinity dress me plairait beaucoup.

juillet

Août

En août je case la jupe, parce que c’est facile et rapide et que je doute d’avoir le temps de faire plus ambitieux en été.

aout

Septembre

Pour la rentrée, j’aurai sûrement besoin d’un petit haut chaîne et trame, et le petit nouveau de Vanessa Pouzet me parait tout indiqué.

septembre

Octobre

Là je placerais la deuxième chemise, je referais ma chemise aux 3 cols mais en noir uni cette fois.

dscf3014

Novembre

Cette année je vais m’y prendre à l’avance et commencer à penser à Noël avant le 15 décembre, je profiterais bien de novembre pour faire ma robe de fête.

novembre

Décembre

Le manteau, puisque c’est tout ce qui reste sur la liste ! En fait j’ai pas besoin de manteau, en revanche une cape, est-ce que ça compte ? Pour celui-là c’est pareil que pour août, je ne sais pas si j’aurai le temps,  et j’ai l’impression que la cape serait plus rapide à coudre.

decembre

 

2 mois de bullet journal

Hello !

Bonne année, meilleurs voeux, tout ça tout ça.

Oui j’ai un peu disparu en décembre, parce que j’étais un peu occupée avec mes cadeaux maison (mais comme tout n’est pas encore reçu, j’attends avant de tout présenter).

Je reviens avec un article qui fera sûrement écho aux bonnes résolutions de nouvel an de quelques-uns : je vous présente mon bilan de bullet journal, parce que ça fait 2 mois que je l’utilise quotidiennement et que je me suis dit que ça pourrait servir à d’autres, alors voilà (non je n’ai pas décidé d’améliorer mon style en 2017).

Qu’est-ce que c’est ?

C’est un agenda qu’on construit soi-même selon ses besoins. J’avais déjà entendu parler du concept, mais ce qu’il en ressortait principalement c’était « c’est super parce que je m’organise, regarde ma vidéo : je dessine et je colle du washi tape et je joue avec des feutres. Alors j’ai préparé mon planning de la semaine prochaine, je l’ai fait en orange parce que ça me met de bonne humeur… » Sinon, est-ce que quelqu’un se souvient que l’objectif premier c’était de s’organiser ou c’est juste moi ?

Je veux bien que les gens s’éclatent avec des coloriages, mais si personne m’explique pourquoi c’est tellement mieux de gribouiller dans un Bullet Journal alors que les bouquins de coloriage pour grandes personnes d’art-thérapie servent à la même chose, ça m’intéresse pas !

Heureusement Solange a fait une vidéo qui a tout bien expliqué, et c’est après l’avoir regardée que je me suis lancée :

Ce qui m’a séduite

Pouvoir traquer ses habitudes

J’adore les outils de suivi, cocher une petite case pour pouvoir comparer mes habitudes d’un mois sur l’autre, me motiver…

L’index

Dans mes anciens agendas je commençais parfois des listes à un dimanche ou dans la couverture, sans penser à noter à quelle page elle était, et ensuite je ne la retrouvais plus. C’est bête mais il fallait y penser !

La modularité

Contrairement aux agendas, l’outil évolue à mesure qu’on l’utilise pour devenir de plus en plus adapté à ses propres besoins. On se rend compte qu’une colonne de suivi ne sert à rien ? Il suffit de ne pas la reporter au mois suivant. Si on veut ajouter une page « vue globale par semaine » après 6 mois d’utilisation, c’est aussi possible.

Mes pages du mois ont déjà évolué, et je n’en suis qu’à la troisième.

2 mois plus tard…

Séduite par les explications de Solange, j’ai commencé le mien la dernière semaine d’octobre. Sans faire de frais d’abord, j’ai bricolé un carnet avec des feuilles A4 agrafées au milieu, le temps de décider si oui ou non ça valait le coup d’acheter le carnet Leuchtturm (au passage, petit cours de prononciation pédant mais pas inutile vu le festival que c’est sur Youtube : ça se prononce Loïschtourme).

Évidemment, ça m’obsédait tellement que j’ai fini par acheter le carnet avant la fin de la première semaine, en me disant que de toute façon dans 3 semaines il couterait pas moins cher et que comme ça au moins on en parle plus.

Je ne l’ai pas regretté, heureusement : j’ai bien vite accroché au Bullet Journal. J’ai tenu un peu plus longtemps pour acheter les feutres recommandés par les fans hardcore du concept, en bon mouton que je suis, mais honnêtement, c’était pas inutile : le stylo bille qui bave, ça salit tout et c’est pas beau. Au final je  m’en tire pour quoi, 30 balles tout compris, pour 2 ans ou plus, on a vu investissement plus onéreux.

20170103_131026

Et il ne m’a pas fallu longtemps non plus pour craquer et tenter de faire du « beau », bah oui, on est influençable ou on l’est pas. Ceci dit j’ai vite trouvé la limite de mes talents de dessinatrice, et mon « beau » à moi rentrera dans la définition du minimalisme telle qu’elle est entendue par les gens qui pratiquent le bullet journal, c’est-à-dire que les fioritures et les couleurs sont réduites au minimum, même si elles existent quand même. La distinction est importante, parce que, si vous voulez, ça, c’est ce qu’on trouve sous le hashtag #minimalistbujo sur Instagram : cliquez ici et pour moi ça dépasse déjà du cadre.

Et voilà, vous vous dites, encore un article sur le Bullet Journal qui parle de tout sauf d’organisation…

Concrètement, est-ce que ça marche ?

Réponse : OUI.

Je me suis fixé quelques objectifs début novembre, parmi lesquels :

  • répéter la clarinette au moins une fois par semaine
  • avoir 3 articles d’avance pour décembre
  • préparer un maximum de mes repas du midi la veille pour le lendemain.

Aujourd’hui il n’y a qu’à regarder ma page de suivi de Novembre pour vérifier que j’ai bien atteint ces trois objectifs : j’ai révisé pour l’orchestre plus souvent en novembre que sur tout 2016  (désolée chef ! j’le ferai plus) et je n’ai pas mangé une seule fois dehors le midi. Bon je n’ai pas mes 3 articles de publiés en décembre parce que tout ne s’est pas passé comme je le voulais, mais certains étaient déjà prêts pour janvier, c’est donc une réussite.

En revanche, je me suis aperçue en décembre que me fixer des objectifs chiffrés ne fonctionnait pas si bien que ça finalement, et je ne le ferai pas pour janvier. Mais si je veux recommencer à le faire plus tard, je peux !

En commençant j’avais aussi comme objectif de ne plus remettre au lendemain les petites tâches perso, comme envoyer des recettes à une amie, aller à la banque déposer un chèque… Pour ça aussi, ça a bien fonctionné : aujourd’hui, aussitôt noté, aussitôt fait !

Bon, on ne va pas se mentir : si on a envie de procrastiner, on trouvera toujours le moyen de le faire. La preuve, je vous parle depuis le début de cadeaux de Noël que je n’ai pas encore envoyés, et j’aimerais bien vous dire que c’est la faute du père Noël, mais non, c’est moi toute seule qui ai eu la mégaflemme d’aller à la poste (puis j’ai découvert l’affranchissement de colis en ligne et une nouvelle ère a commencé).

Le secret réside dans la tyrannie de la rature : j’ai fait une semaine au crayon de bois, c’est beaucoup trop facile de gommer et de dire « pas vu, pas pris »: ce qui donne vraiment le petit kick nécessaire pour ne pas se laisser aller, c’est bien de voir cette ligne, là, celle qui n’a pas sa petite croix, c’est la preuve physique qu’on a eu la flemme. Ça, ça marche extrêmement bien. Évidemment ça reste facile à contourner : il suffit de ne pas noter dans le bullet journal pour faire semblant d’avoir oublié, oh comme c’est pratique bête…

20170103_130906

En cadeau, mon menu de la semaine

J’ai bien vite eu l’impression, en regardant ma page « semaine », que ma vie était une succession de tâches ménagères, c’est déprimant au début, mais je relativise : certes, le ménage revient tous les jours, mais je ne sacrifie plus une soirée entière pour le faire, et je profite beaucoup mieux de mes soirées et week-ends pour coudre, tricoter, jouer de la musique, lire, planifier mes articles, tester de nouvelles recettes…Simplement, si noter les tâches me donne le salutaire coup de pied aux fesses pour ne pas procrastiner, les activités « détente » ne sont pas notées, je les commence spontanément ! C’est pour ça qu’elles n’apparaissent pas sur le journal, d’où mon impression.

Du coup je comprends mieux les nanas qui se font des pages de suivi pour leur routine cheveux, le nombre de pages lues, les épisodes de séries regardés, je comprendrais même presque les doodles (pour ceux qui savent pas ce que c’est : cliquez ici) : ça permet de mettre un peu de couleur et de détente dans ces to-do lists pas franchement rigolotes.

20170103_131015

J’ai donc ajouté une page de suivi de lectures, une d’idées de lectures et de films à voir, et une de lieux à visiter plus tard. J’ai commencé une page de planification de mes articles, mais comme les objectifs de début de mois, je crois que je ne vais pas m’en servir puisque je n’ai presque rien publié de ce que j’avais initialement prévu pour décembre.

En effet-bonus : j’ai pris l’habitude de noter sur la page de droite de la semaine les plats que j’ai envie de cuisiner, et en face la liste de courses correspondante, ce qui fait que je mange mieux et que j’économise de l’argent sur mes courses. Franchement, il est pas parfait ce système?

En résumé

  • Le bullet journal, on n’est pas obligé d’investir dedans, mais c’est quand même plus sympa avec du matériel qui nous plait
  • Ça marche, mais ça ne va pas guérir ta procrastination du jour au lendemain.
  • Faire du « beau » c’est superflu, mais ça rend quand même l’exercice un peu plus agréable. Oui je suis un mouton et tant pis, je l’assume et puis c’est tout.

Best of 2016

2016 a été une année bien pourrie sur pas mal de plans, je ne sais pas pour vous mais moi j’ai hâte qu’elle se termine. En attendant, quoi de meilleur pour le moral que de se souvenir de ce qu’on a fait de bien cette année ?

Mai : Robe Belladone

Ma « robe de PACS », et aussi mon article le plus vu jusqu’à présent. Je suis un peu sortie de ma « zone de confort » avec ce tissu à petites fleurs bleues, ce n’est pas le genre de motifs que j’affectionne habituellement, mais il va très bien sur ce modèle.

Sans être une robe 50s-60s, elle rappelle ce style que j’aime beaucoup, avec le petit twist dans le dos qui la rend encore plus originale.

Juin : Veste Lupin

Je pense que je peux reprendre quasiment tous mes articles couture depuis juin et trouver au mois une mention à cette veste dans chacun d’entre eux. Elle m’a accompagnée tout l’été, sur les jeans comme sur les robes habillées, et on a frôlé le drame quand je me suis aperçue dans le bateau du retour que je l’avais oubliée à Belle-Île. Par chance je me souvenais de l’endroit où je l’avais oubliée, et la serveuse du bar a accepté de me l’envoyer par la poste.

Il y a de grandes chances pour que j’en fasse une autre pour l’été prochain !

Septembre : Cardigan Grace

J’ai commencé ce tricot en juin, et je l’ai terminé fin septembre. J’ai aimé le modèle autant que le fil choisi, d’une douceur et d’une finesse dingues ! Et je ne parle même pas de sa chaleur, c’est étonnant un gilet si fin qui tienne aussi chaud.

Octobre : Kirigami

Ma technique antistress préférée. J’ai joint l’utile à l’agréable pour décembre en fabriquant des cartes de vœux découpées au scalpel, je n’en suis pas peu fière.

Novembre : Mini 70s

Après 2 mois sans toucher à la machine, c’est cette jupe qui m’a remis le pied à l’étrier (enfin à la pédale quoi).

Novembre bis : Ikea Hack Kallax

Un projet d’envergure pour qui n’a jamais touché à une perceuse/visseuse, même si le résultat n’est pas parfait, il est à la hauteur de mes espérances

Décembre : ??

Le meilleur de décembre je le publierai sûrement en janvier, parce que la plupart sont des cadeaux que je vais offrir et je n’ai pas envie de le dévoiler avant… J’ai bien un projet de décembre qui n’est pas un cadeau, mais je ne peux décemment pas le mettre dans le « best of », vous saurez pourquoi la semaine prochaine 🙂

 

 

 

[Tuto] Emballer ses cadeaux avec des feuilles A4

C’est arrivé à tout le monde un jour : on est le 24 décembre, c’est la catastrophe, tous les cadeaux ne sont pas emballés et y’a plus de papier. Évidemment il n’est pas question de s’engouffrer dans un magasin pour en racheter maintenant, pas le temps (et qui en a vraiment l’envie, sérieux, un magasin le 24 décembre, no way)

J’ai une solution pour ça ! Elle nécessite d’avoir une imprimante, un accès Internet, une paire de ciseaux, du scotch et du papier A4.

  • Allez sur Pinterest ou Google Images, et cherchez « Free printable wrapping paper« . On peut aussi chercher « papier cadeau à imprimer gratuit », mais vous aurez plus de résultats en anglais.
  • Là vous allez tomber sur la blinde de sites qui proposent des motifs à imprimer, fouillez dessus, enregistrez ceux qui vous plaisent
  • Si vous aimez bien ajouter des petits zigouigouis genre des étiquettes pour le nom, procédez de la même façon, mais cette fois la recherche c’est « Free printable gift tags« .
  • Imprimez les papiers et étiquettes qui vous plaisent le plus, et voilà, vous venez de renflouer votre stock, vous allez pouvoir emballer vos derniers cadeaux.

20161213_130212

C’est bien beau, mais une feuille A4, c’est à peine assez grand pour couvrir un CD, on va pas aller loin avec ça.

QUE TU CROIS.

J’ai jamais dit qu’une feuille suffirait ! Le secret c’est d’en combiner plusieurs… Et aussi de ne pas être trop perfectionniste sur l’envers, parce qu’on va pas se mentir, c’est quand même une technique pour gens qui n’ont pas d’autre solution, alors on est bien conscient qu’on n’est pas Christo en train d’envelopper le Pont Neuf, d’accord ?

Je fais des efforts pour proposer des articles de qualitay, cette fois j’ai fait des photos de chaque étape. Je les ai prises à l’arrache au bureau, à la pause de midi, je me suis dit que la qualité pourrave et la luminosité affreuse nous mettraient bien dans l’ambiance « panique du 24 décembre ». Non en fait j’ai mal planifié mon truc, c’est tout.

Pour emballer un CD ou un petit livre

Si on essaie de couvrir un livre ou un CD avec une feuille A4, on va être très juste avec une seule feuille. On va donc combiner plusieurs feuilles entre elles pour élargir le  papier :

  • Choisir 2 motifs assortis, imprimer 2 fois le motif 1, 1 fois le motif 2.
  • Couper une feuille « motif 1 » dans la largeur en 2 parties égales
  • Couper une bande de la largeur désirée dans le « motif 2 » : plier les côtés découpés pour faire des bordures bien nettes
  • Placer la bande « motif 2 » entre les deux morceaux du motif 1 et assembler discrètement (avec du scotch double face ou de la colle mais sans baver)

20161213_132331

  • Emballer le CD, maintenant tout est couvert.

20161213_132518

  • Facultatif : couper une bande de « motif 1 » dans la longueur de la deuxième feuille, plier les bords, la placer autour du CD et scotcher discrètement à l’arrière

20161213_132918

 

Ça marchera aussi pour les livres pas trop grands, les cadeaux dans des petites boîtes carrées, les formes pas trop difficiles à emballer.

Pour emballer un bijou, des truffes au chocolat…

Pour ça je me fatigue pas, je fais comme la dame :

Là encore, à vous d’ajouter des étiquettes, du ruban…

La vidéo dure 7 minutes, mais quand on a l’habitude, c’est plié en 3 minutes.

Et si on n’a pas d’imprimante ?

La même technique peut s’appliquer aussi, on change juste de matériau, vous pouvez :

  • utiliser un morceau de papier cadeau, oui le rouleau est vide, j’ai bien compris, mais il y a sûrement une chute qui traîne non ?
  • sacrifier une page d’un bouquin
  • ou même écrire au gros feutre noir des mots dans le thème de Noël sur une feuille blanche

Et ça marche aussi bien !

Et si mon cadeau est trop grand ?

A moins de vivre dans une grotte depuis plus d’un an, vous avez forcément mis vos courses dans un sac en papier kraft du supermarché cette année. S’il y en a un qui traîne chez vous, découpez dedans et vous obtiendrez une bande de kraft de 1m sur 60 cm, suffisante pour couvrir les cadeaux un peu plus grands.

 

20161213_133951

 

Une fois les cadeaux couverts, on peut y ajouter des décos pour que ça ait l’air un peu moins « à l’arrache ».

On a quand même de la chance que le papier kraft soit à la mode depuis quelques années, on dirait presque que c’est fait exprès ! Il y a 5 ans ça aurait eu l’air vachement cheap non ?

Voilà il ne me reste plus qu’à souhaiter bon courage à ceux pour qui l’emballage des cadeaux est une corvée quel que soit le papier, et bon amusement à ceux qui comme moi pourraient y passer des heures 🙂

Wishlist de Décembre

Le mois de Novembre a filé à une vitesse folle, et même si j’ai été assez productive pour une fois, je n’ai pas réussi à cocher toutes les petites cases de ma wishlist précédente. Je viens seulement de me lancer dans la papeterie, et je n’ai rien fait du tout comme déco de Noël. Les projets se bousculent et les journées n’ont toujours que 24 heures !

Qu’est-ce que j’ai vraiment envie de faire en décembre ? Comme d’habitude, la liste suit.

Rien.

Non, pas vraiment rien. Mais je regarde la liste de ce que je dois impérativement faire avant Noël, et ça me donne juste envie de disparaître sous 58 plaids avec un bouquin et un chai latte. Ensuite je me réveillerais le 23 décembre et je me rendrais compte que j’ai rien glandé, parce que c’est comme ça que je fonctionne : fixez-moi une deadline, et c’est le meilleur moyen pour m’inciter à glander jusqu’à la dernière minute (le comble pour une chef de projet, me direz-vous). Ça fonctionne plutôt bien pour un nombre de projets raisonnable et assez espacés dans le temps, mais là… Nope. Donc on remplace le chai latte par une thermos de café, le bouquin par des aiguilles (de tricot ou de couture), et c’est parti mon kiki !

Un manteau

manteau-ernest

J’adore le nouveau patron de République du Chiffon, le manteau Ernest, mais il était indisponible au moment où je voulais l’acheter, alors j’en ai pris un autre, et le temps de valider mon panier, Ernest était de nouveau en stock. Tant pis pour lui, le patron Vogue 9136 est tout aussi beau, même si son nom est moins sympathique, et en plus il a l’air plus chaud.

Un châle

20160928_194522

Je porte la même écharpe depuis maintenant 7 ans. Elle a la taille parfaite, je n’en trouve pas qui me plaise plus que celle-ci. Autant au début elle était douce, et belle, et elle allait bien avec tout, aujourd’hui, elle a quand même l’air fatigué, et j’ai de plus en plus de mal à m’auto-persuader quand je dis « elle va avec tout. » Elle irait surtout très bien au bout d’un balai dans un seau de ménage, oui.

Et qui est-ce qui a 4 écheveaux de Madeline Tosh qui attendent bien sagement qu’on leur trouve un modèle, hm ?

Des cadeaux faits maison

christmas holly decoration

Évidemment que je vais aussi bricoler pour les autres et pas seulement pour moi ! On ne peut pas être bricoleur/se sans offrir au moins une babiole faite main à chacun.

Sauf que la famille et les amis passent par ici je crois, alors motus ^^

Des jolis emballages cadeaux personnalisés

pexels-photo-38941

Je suis fan des paquets cadeaux super beaux, stylisés, originaux, avec des étiquettes personnalisées et tout et tout. J’ai pioché des idées en douce sur des blogs ,ça va sentir l’encre et la peinture à la maison !

 

[Couture] Chemise aux 3 cols

Aujourd’hui je suis contente parce que j’ai enfin trouvé comment commencer mon article sur le projet du mois d’octobre.

Je l’ai recommencé des dizaines de fois, je n’arrivais pas vraiment à le prendre sous un angle qui me convienne, l’article était toujours mou, bof, pas enthousiasmant…

J’ai fini par comprendre pourquoi : en fait ce projet du mois n’est pas comme les autres, parce qu’il sort de mes habitudes : ce n’est pas du tout le genre de vêtement que j’aurais acheté si je l’avais vu en magasin et je ne sais pas le porter. Il était donc logique que mon manque d’enthousiasme se ressente dans mon écriture !

D’abord, qu’est-ce que c’est que ce vêtement ?

Il s’agit de la chemise aux 3 cols de l’entreprise créatrice de patrons originaux Louis Antoinette, en partenariat avec Elsa Muse (une blogueuse que je ne connaissais pas).

img_20160418_195928

C’est une chemise sans fioriture si ce n’est son principal attrait : ses 3 cols au choix, un droit, un arrondi, et un en forme de bouche (paraît-il), et, tout de même, deuxième originalité : la possibilité de cacher les boutons avec un revers sur le devant, pratique quand on rate une boutonnière sur deux !

Vous allez me dire, rien ne me forçait à choisir ce projet, je pouvais très bien faire autre chose. Voici les raisons pour lesquelles j’ai choisi ce patron :

  • C’est toujours bien d’avoir quelques vêtements classiques dans son dressing pour les événements plus ou moins officiels (rendez-vous professionnels, etc.) et je n’avais qu’une chemise en stock ;
  • Le patron était en édition limitée, du coup je me suis sentie obligée de l’acheter ;
  • La nana sur les photos du site (qui doit donc être Elsa Muse) a les cheveux courts et platine comme moi. Ça me donnait donc une idée très précise de ce que le vêtement donnerait une fois terminé, et comme les photos du site la mettent super bien en valeur, j’ai craqué.

Je suis tout à fait d’accord : ça ressemble à un achat compulsif. OK, c’en est un.

20161023_131353

J’ai apprécié coudre cette chemise : les explications sont claires, les symboles sur le patron sont faciles à suivre, le tissu n’apporte aucune complication, et j’ai ajouté ma touche personnelle en utilisant un tissu rouge vif sur l’envers du col et des poignets.

Mais quand est venu le moment de la porter… Je me maquille rarement, j’oublie souvent de mettre des bijoux à part mes deux anneaux à l’oreille droite, et j’ai les cheveux très courts. Ajoutez à cela une chemise large boutonnée jusqu’en haut avec un col montant, de loin dans le brouillard on dirait un homme un peu fluet avec l’oreille percée (oui, je sais, on dirait pas ça pour de vrai, mais dans ma tête c’est ce que je ressens.)

Je me suis forcée à la porter comme ça le 31 octobre par principe, pour dire que je l’avais finie dans les temps, mais je me suis sentie déguisée en Ellen de Generes (à qui ça va très bien, c’est pas la question) (ça tombe bien, c’était Halloween).

J’aime bien attraper le premier truc qui me tombe sous la main en m’habillant le matin sans avoir à réfléchir à la tenue, mais là, pas possible : si je voulais aimer cette chemise et ne pas l’oublier immédiatement au fond du placard, il allait falloir composer une tenue complète (vêtements, chaussures, maquillage et accessoires) qui casse son côté masculin.

J’ai donc fait plusieurs tests, et j’ai fini par trouver l’ensemble qui la met en valeur.

dscf3017

dscf3014

dscf2998

dscf3007

Vous trouvez que les photos sont un peu sombres ? Dites-vous qu’elles ont été prises un jour ultra ensoleillé à 13h, et que j’ai poussé à fond la luminosité. Si vous vous demandiez encore pourquoi j’aime pas l’automne…

Au final, à force de tests, je porte maintenant ma chemise volontairement (si si) et je l’aime bien, même.

Chemise aux 3 cols de Louis Antoinette, col Claude et boutons invisibles
Tissu blanc: Papi Tissus, tissu rouge : Fat Quarter
Taille 38