D-Day

Ça y est, nous avons emménagé dans notre chambre !

20180623_182938.jpg

(pardon pour la télé sur le lit, ça fait pas très « Architecture & Design Magazine », mais j’étais trop soulagée d’avoir enfin fini ce déménagement, je voulais vite prendre mes photos et vite m’affaler dans le canapé)

Elle est grande, belle, lumineuse, blanche, bien rangée…

20180623_182958.jpg

Il ne lui manque que :

  • des stores
  • la finition de la trémie d’escalier
  • une rambarde sur la même trémie, pour éviter une chute inopinée
  • une petit bureau/console pour poser l’ordinateur éventuellement
  • un brin de déco, mais c’est en cours

20180623_183017.jpg

J’ai fait la lampe dont j’avais parlé dans mon dernier article, voici le résultat :

20180623_184247.jpg

Ça ne donne pas exactement ce que j’imaginais, ça n’est pas aussi carré et tiré au cordeau que sur la photo (mais ça je m’y attendais, ce n’est jamais le cas !) mais l’effet aussi bien en journée que lumière allumée est très joli et original. L’ampoule à l’intérieur est à LED, aucun risque de surchauffe et d’incendie, si jamais vous vous posiez la question…  L’épaisseur du papier atténue le passage de la lumière en revanche, on ne peut donc pas l’utiliser comme éclairage principal. Je ne sais pas si je publierai un tuto, ça m’embête un peu vis-à-vis de la personne qui a créé le modèle et qui le vend sur Etsy. J’y réfléchis encore.

On adore marcher pieds nus sur le parquet très texturé, et entendre les oiseaux chanter le matin.

On aime un peu moins le soleil dès 5h du matin en ce moment, sur le blanc mat des murs on passe direct au mode plein jour. Nos velux ne sont pas de marque connue, d’ailleurs on ne la connait pas nous-mêmes, on ne trouvera donc probablement jamais de stores à faire poser facilement, à moins de les commander sur mesure mais le prix nous fait un peu buguer. On devra donc très certainement en fabriquer nous-mêmes. Entre les travaux, la suspension, la déco, la table de chevet, et maintenant les stores, est-ce qu’on a déjà vu une chambre plus « faite maison » que celle-ci, je vous le demande ? J’ai trouvé ce tuto sur Internet. Il est bien pensé, et le tuto est très détaillé, je n’ai qu’une hâte, c’est de sortir la machine à coudre. Si je ne me trompe pas, on devrait en avoir pour environ 100 euros pour les 2 stores, tissu, quincaillerie et frais de port compris.

Machine que j’ai enfin retrouvée car maintenant que la pièce du premier étage est libérée, j’ai pu aménager un dressing dans la chambre passante et par la même occasion ressortir mes affaires de couture !

20180623_182822.jpg

Oui, là ! tout en haut de la pile de cartons ! C’est ma boite à outils ! Et ma surjeteuse ! La machine à coudre est derrière la housse ! Je sais enfin où sont mes affaires, je peux les utiliser !

Bref, voilà. Maintenant que cette pièce est terminée, on peut envisager sereinement de finir… les toilettes. On pourrait penser qu’on s’attaquerait à plus vital en premier, par exemple le salon ou même le premier étage, pour travailler en descendant, mais après 4 mois à s’escrimer sur une seule pièce, on a besoin d’un projet rapide. Une pièce d’à peine 1m², ça devrait être fini plus vite, surtout que bon, on aurait du mal à condamner l’accès plus d’une demi-journée à la fois, si tu vois de quoi je m’exprime.

 

La complainte du tricot pour homme

Ça fait un moment que je tente de trouver un modèle de pull, écharpe ou châle à tricoter pour Pierre et on ne peut pas dire que je sois transcendée par ce que je trouve.

Au niveau des pulls, on a le choix entre ça, et ça, ou encore ça.

Le seul modèle un peu original que j’ai trouvé, qui sorte un peu du lot « pull bateau pour daron », c’est celui-là, le Kropta.

Pour les écharpes, c’est ça, ça et encore ça.

Je vous en prie, cessez, je croule sous l’originalité et la multitude de toutes ces formes, ces couleurs…

Quand enfin on trouve un modèle qui change un peu et qui a l’air sympa, on tombe sur cette description qui essaie de sentir la virilité suante parce que, eh, on sait jamais, si ça se trouve porter un tricot ça va lui faire pousser les seins à ton homme:

When lava cools rapidly at or near the surface, it forms a dark, fine-grained rock called basalt. If the right contraction forces are present when a large lava flow cools into stone, it forms into intricate geometric columns, resulting in beautiful geological features such as the Giant’s Causeway in Northern Ireland. This shawl is formed with the same shapes and textures as basalt: geometric lace nestled amongst smooth, glassy stockinette and more granular garter rows. The resulting garment makes for a simple, classic wardrobe staple that’s as easy to knit as it is to wear.

Traduction à la volée par yours truly :

Quand la lave refroidit rapidement en surface, une roche noire granuleuse se forme, appelée basalte. Si les conditions de force sont réunies au moment où une grande coulée de lave durcit, la pierre obtenue forme des colonnes géométriques complexes, offrant des paysages géologiques comme la Chaussée des Géants en Irlande du Nord. Les motifs de ce châle offrent la texture du basalte : une dentelle géométrique nichée entre des bandes de jersey lisse comme du verre et de point mousse plus granuleux. Le résultat : un accessoire simple, classique, indispensable, aussi facile à tricoter qu’à porter.

Tu l’as ? Tu l’as ? Basalte = cailloux = dur = bonhomme. Si c’était un simple châle ce serait  pour les fiiiilles, mais là ça change tout voyez, il est inspiré d’un caillou noir, alors ça passe.

Et puis pourquoi toujours « simple et classique » ? Pour que ça passe inaperçu, bien dans la norme de ce qu’il est acceptable de porter (comme, du reste, les 95% de l’offre en mode masculine) ? Non merci, je vais y passer du temps, je veux que ça claque, que ça se remarque, que ça ne ressemble pas à n’importe quelle écharpe du commerce !

Quitte à vouloir faire original, on peut s’en foutre complètement et oser la couleur fluo et bousculer complètement les limites, comme le créateur Stephen West qui est, je pense, l’un des seuls à proposer des choses franchement originales. Mais est-ce qu’il n’y aurait pas un juste milieu à trouver ?

On veut une offre un peu plus large entre le bariolé et le gris souris, mince à la fin !

Voilà, c’est tout; le coup de gueule est passé. La prochaine fois je montre l’avancée des travaux dans la maison.

 

J – quelques jours avant la fin des travaux dans la chambre !

A l’heure où j’écris il ne nous reste plus qu’à appliquer une dernière couche de peinture sur les velux et on pourra s’attaquer au parquet du grenier, qu’on reçoit d’ailleurs demain ou vendredi. Ce qui signifie que, mais oui, ça y est, on n’en a jamais été aussi près ! Il est temps de penser à la déco !

Cette pièce est très lumineuse, il y a beaucoup de place sous les soupentes, on pourrait y mettre énormément de rangement, mais on préfère partir sur une déco minimaliste et scandinave. On ne compte pas y mettre de rangements du tout, étant donné qu’on a 2 pièces à l’étage inférieur qui pourront servir de dressing, bureau, bibliothèque…

Pour ce qui est de la déco scandinave, ça nous changera de la chambre qu’on a actuellement, encombrée de cartons pas encore déballés et peinte aux goûts de l’ex-proprio : du prune et du vert-de-gris, appliqués à là je t’emmerde sur de la fibre de verre tissée et du lambris. Posé lui aussi n’importe comment. Exemple, attention ça pique et ça peut provoquer des convulsions et des fous rires nerveux si vous êtes du bâtiment ou avez déjà réalisé des travaux chez vous, vous êtes prévenus :

Je suis vaccinée à vie du prune je pense. Et de la fibre de verre. Et du lambris. Le vert de gris je ne suis pas encore fixée. Mais pas sur du lambris, pas sur de la fibre de verre et pas avec du prune, ça c’est sûr.

Bref, déco scandinave et minimaliste, on a dit. Passons en revue ce qui nous fait rêver.

Ce luminaire en papier DIY

the3rsblog-white-spiky-pendant-light-01.jpg

Je suis en train de finir cette suspension, c’est une boule chinoise avec du papier plié collé dessus. Je la fais sans suivre de tuto car il n’y en a pas. Ça ne ressemble pas tout à fait à la photo, ce n’est pas aussi droit et je doute que la lumière passe aussi harmonieusement à travers toutes ces couches de papier. Ceci dit ça reste esthétique, et comme ce ne sera pas notre seule source de lumière dans la pièce, on s’en contentera. D’autant que c’est provisoire, le temps de fabriquer une suspension un peu plus élaborée.

Spots patère

spot-patere-scandinave-nordic-1-xgu10-blanc-inspire

Ces spots viennent de chez Leroy Merlin et ils seront notre source principale de lumière. Dirigés vers les soupentes, ils donneront une lumière indirecte puissante mais qui n’éblouit pas au réveil, que demande le peuple ?

Un plaid en tricot

Je passe tous mes midis à enchainer des kilomètres de maille, EVIDEMMENT que ça me fait rêver un plaid de minimum 200×200 avec des grosses mailles, ou des petites, ou des torsades, vraiment n’importe quoi qui soit tricoté, j’en veux des kilos merci. A faire soi-même pourquoi pas, mais c’est ultra cher si on le fait en grosse maille, et ultra ennuyeux si on le fait en petites mailles. A la limite peut-être qu’un jour je me ferai la couverture Quadrature for Korrigan que j’ai déjà faite pour un cadeau de naissance, mais je pense la finir pour 2025 environ. Je pense que sur ce coup-là, je l’achèterai.

Un billot de bois en guise de table de chevet

69e0c8017172567a4442528d5a296171

Ça c’est juste pour Pierre qui n’est pas binoclard et qui n’a pas besoin de lire pour s’endormir. Comme il me faut plus de surface et de rangement j’ai déjà customisé ma table de chevet avec un tiroir et une tablette pour ranger mes bidules et poser mes lunettes et mon livre.

Une plante qui ne boit pas beaucoup

Parce qu’on ne va pas monter un arrosoir sur 2 étages tous les jours, et en même temps ce serait dommage de ne pas faire profiter une plante de toute cette lumière ! Pourquoi pas une composition avec des tillandsies ou autres plantes grasses.

Un ensemble de dreamcatchers au-dessus du lit

947138fef214fa87318466faa44fb800

C’est kitsch à souhait, mais j’ai très envie de faire un gros dreamcatcher, ou plusieurs petits ensemble, comme sur la photo… Pas sûre que ça s’intègre bien dans la déco, à voir.

Un tapis en peau

Intense réflexion sur les tapis ici. On aime bien les peaux de vache gris pâle et argenté mais en général le prix nous freine assez rapidement. Les peaux de mouton, c’est joli mais le chat vomit une fois dessus et c’est ruiné…et dès qu’on veut les laver, les poils frisent et jaunissent et adios le beau tapis.

cc5feae7276f5431c738f96192f0c1e8

Récemment on a rigolé en imaginant un tapis en peau de Bisounours façon trophée de chasse. Ça nous ferait beaucoup rire, mais comme pour le dreamcatcher, je ne suis pas sûre que ça s’intègre à la déco (ah vous pensiez que j’allais dire que c’est kitsch ? Oui, aussi, mais elle dit qu’elle voit pas le rapport). Sinon, un tapis en pompons à base de récup de laine, si c’est bien fait, ça se tente…

Voilà, vous savez tout ! Je vous laisse, j’ai encore de la peinture à faire avant de m’attaquer à tout ça.

Les avantages insoupçonnés des travaux en solo

Cette semaine on devait être en vacances tous les deux, ça tombait bien puisqu’il restait environ une semaine de travail dans le grenier pour enfin poser nos meubles.

Magie de l’intermittence, finalement je suis en vacances toute seule et Pierre travaille entre les jours fériés. Au lieu de patienter gentiment en attendant son retour (j’ai essayé lundi, c’est vite chiant) j’ai décidé de m’attaquer aux enduits toute seule : c’est à ma portée et ça nous fait avancer un petit peu.

20180509_114243

J’ai découvert quelques avantages que je ne soupçonnais pas à bosser toute seule :

La playlist

Derrière une façade « j’aime la chanson française à textes et la musique de qualité », mon moi de 14-15 ans a quand même une faiblesse inavouée pour Britney Spears, Outkast, Justin Timberlake, Green Day, Good Charlotte, Avril Lavigne, Hoobastank, Alicia Keys, Christina Aguilera, et autres trucs bien revival des année 2000. Un peu difficile à claquer quand on bosse à deux, mais seule je suis devenue pro du trémoussage de fessier sur escabeau sur du Britney.

 

La muscu

Je risque certainement de ressembler au lanceur de javelot dans les 12 travaux d’Astérix, mais à force de faire tomber ma cale à poncer toutes les 2 minutes et de descendre de l’escabeau pour aller la chercher, j’espère que ça me servira au moins à muscler un peu mes jambes aussi, tant qu’à faire.

1330

Les petites attentions qui coutent pas cher

« J’ai poncé tout ce qui était en hauteur comme ça t’as pas à monter sur l’escabeau avec ton vertige. »

Si je mérite pas un petit dej au lit après ça, je ne réponds plus de rien.

Bon voilà, c’est à peu près tout. L’avantage principal étant quand même de tenter d’avancer sur ce chantier qui devait être fini mi-mars…

6 mois sans nouvelles…

… ou plus j’ai pas compté…

Donc je n’ai pas donné de nouvelles pendant hyper longtemps parce qu’un projet en a chassé plein d’autres : nous avons acheté une maison.

Il a donc fallu emballer la machine à coudre (toujours pas déballée) et laisser de côté les petits projets fringues pour déménager et se concentrer sur le méga projet, retaper cette baraque !

Comme on va faire énooormément de choses nous-mêmes, pourquoi ne pas se servir du blog pour y mettre des photos avant/après, parler de l’avancée du truc, et continuer de temps en temps à poster mes projets tricot (parce qu’il y en a, mais ils avancent douuuucement…)

On a commencé par débusquer pas mal de surprises que nous appellerons des aberrations tellement c’est haut sur l’échelle de la WTFerie:

  • des éclairages et interrupteurs à portée de main sous la douche, Alexandriiiie Alexandraaa très peu pour moi merci. Et il aurait fallu que je prenne des photos dudit éclairage fait maison parce que niveau design ça valait son pesant de cacahouètes, mais on n’a même pas attendu 24h pour les retirer tellement c’était dangereux
  • du parquet découpé autour de meubles qui ne sont plus là (« j’avais la flemme de bouger l’armoire , elle était lourde » qu’il nous a dit le vendeur)
  • du lambris découpé autour des radiateurs (la flemme, encore, sans doute)
  • un système d’aération qui communique probablement avec la boucherie d’à côté on ne sait comment (ça sent la viande dans les toilettes…)
  • « un seul fusible pour les gouverner tous » : l’électricité (chauffage, éclairage et prises) est sur un seul fusible pour les 2 étages, tous les gros appareils (four, lave-vaisselle, machine à laver, frigo) sont sur le même fusible également. Ça ne vous parle peut-être pas mais non, ce n’est pas comme ça qu’on fait, normalement.

Bon à un moment on a arrêté de regarder de trop près parce que dans chaque pièce on en découvrait de bonnes ! On s’est attaqués au grenier, où nous allons faire notre chambre. C’est la pièce la plus simple puisque rien n’y a été fait, même si elle était habitée : il y avait bien une ampoule au plafond et une prise électrique dans un coin, mais en-dehors de ça, pas de parquet, isolation minimale, pas de placos… on imagine que ça devait être vachement sympa pour l’ado qui dormait là. L’avantage c’est qu’on repart de zéro, on n’a pas à composer avec l’existant fait n’importe comment.

IMG-20180212-WA0008

Avant (s’il est nécessaire de le préciser)

Après 2 mois de travaux, nous avons :

  • passé des câbles électriques : 1 câble pour l’éclairage, 1 pour les prises, pour chaque pièce (si le système de chauffage était électrique, on en aurait mis un autre)
  • passé des câbles éthernet, 1 de chaque côté du lit, 1 là où on installera un petit bureau
  • isolé
  • plaqué
  • installé plus d’éclairage : un spot pour éclairer la rampe d’escalier, 4 pour les soupentes, des prises électriques de chaque côté du lit pour des lampes de chevet et réveils

 

20180323_18175520180323_181809

Voilà où nous en sommes. Prochaine étape, les enduits, ensuite il nous reste à peindre et choisir un parquet… et le poser.

On en voit le bout, mais avec les beaux jours qui reviennent on a aussi très envie de s’occuper de la terrasse (première fois qu’on a un petit extérieur à nous !) et on laisse un peu de côté cette pièce parfois… mais bon il faut savoir se ménager des petits moments de détente pour ne pas devenir complètement obnubilés et en venir à détester cette maison.

La suite bientôt j’espère !

 

 

Les outils inutiles #1: les aiguilles à torsades

Le problème avec le DIY c’est les fournitures : plus on en a, plus il nous en faut. Ce ne serait pas un problème si on avait une pièce exprès pour ça, moi j’ai jamais dit « ah lala il y a trop de place ici, avec quoi je pourrais bien remplir cette pièce ? » Alors je dis que je suis adepte du minimalisme, ça fait mieux que « je suis radine et de toute façon j’ai pas la place ».

Donc comme ma radinerie mon minimalisme s’applique aussi aux loisirs créatifs, et que je ne dois pas être la seule que ça soule de devoir racheter des fournitures à chaque fois que j’entreprends un projet, j’ai décidé d’inaugurer une nouvelle catégorie d’article, dans laquelle je partagerais mes astuces de radasse pour éviter d’acheter certaines fournitures qu’on imagine absolument indispensables, mais dont il est finalement très simple de se passer.

Commençons par les aiguilles à torsades.

Le principe, quand on fait une torsade, c’est qu’on met quelques mailles sur une aiguille auxiliaire – on les prend sur l’aiguille gauche et on les met sur une aiguille double pointe coudée – on la met soit derrière, soit devant l’ouvrage selon le motif voulu, on tricote les mailles suivantes sur l’aiguille gauche, puis tricote les mailles de l’aiguille auxiliaire en les prenant par la pointe droite. En photos ça se comprend mieux :

  1. La maille est sur l’aiguille auxiliaire

wp-image-1281431338.

2. L’aiguille auxiliaire est placée derrière les aiguilles « normales »

wp-image--746047298.

3. On tricote les mailles suivantes selon les explications du modèle

wp-image--1929323941.

4. Et enfin on tricote la maille qui se trouve sur l’aiguille auxiliaire

wp-image-1102120382.

5. Résultat:

wp-image-1031932857.

Ce petit accessoire existe bien sûr dans toutes les tailles, mais en fait, il ne sert pas à grand-chose parce qu’il existe une technique toute simple pour faire une torsade avec une aiguille normale.

Prenez une aiguille lambda, si possible de la même taille que celles que vous utilisez pour votre modèle, ou un petit peu plus grande (pour que les mailles tiennent bien dessus). Comme j’utilise des aiguilles circulaires démontables, je vais utiliser une pointe d’aiguille, mais ça marche aussi bien avec une aiguille droite.

wp-image-2088765351.

Le début c’est comme d’habitude : on fait juste glisser les mailles sur l’aiguille supplémentaire.

wp-image-1254643223.

Ensuite on fait son motif normal, puis, au lieu de tricoter directement les mailles en les prenant par la droite sur l’aiguille auxiliaire (bah oui c’est impossible avec une aiguille droite, il y a un truc au bout qui t’en empêche, duh) on les remet simplement sur l’aiguille gauche. Et là on les tricote normalement. Et c’est tout.

wp-image-1235829020.

Ça ne prend pas plus de temps, j’aurais même tendance à dire que ça en fait gagner puisqu’on ne passe plus son temps à chercher cette saloperie d’aiguille à torsade qui sert tellement rarement qu’on sait plus où on l’a rangée la dernière fois !

Il faut *juste* faire attention à ne pas laisser tomber l’aiguille auxiliaire, au risque de laisser les mailles s’échapper – c’est pour ça que je conseille de choisir une aiguille une demi-taille au-dessus.

Maintenant que vous n’avez pas besoin de s’équiper en aiguilles inutiles, votre budget laine est plus conséquent et vous pouvez tricoter encore plus qu’avant !

 

Accessoires et bonnes résolutions

Il y a des gens qui prennent de bonnes résolutions à la rentrée. Moi je le fais pas ça marche jamais. J’en veux pour preuve le challenge de la garde-robe capsule 2017, résolution prise en janvier et que j’ai tenu le temps de 2 projets, la grosse blague.

Ma dernière résolution non tenue en date était celle de faire une pause dans le tricot,  je commençais à ressentir des douleurs dans toutes les articulations et je devais absolument m’arrêter avant que ça devienne chronique. Pour m’y tenir j’ai décidé de ne pas prévoir de nouveau projet pendant deux semaines, et donc de ne pas acheter de laine. Résolution que j’ai tenue environ 3 jours, c’est le temps qu’il m’a fallu pour trouver quoi faire des restes des pelotes que j’avais commandées pour des projets précis et que je n’avais pas finies.

J’ai bricolé des sacs de courses, parce qu’il y en a marre de se pointer à la caisse du supermarché et de se rendre compte qu’on a oublié d’amener les cabas. Du coup on en achète un nouveau, et on se retrouve avec un placard à cabas. Ces sacs-là, on n’est pas près de les oublier puisqu’ils sont presque des accessoires de mode à eux tout seuls.

Voici le premier :

wp-image-151978324

Les sacs-filets j’ai toujours trouvé ça affreux, mais comme tout ce qui est vieux finit toujours par revenir à la mode, les modèles fleurissent sur la toile et à force de les voir, j’ai eu envie d’en tester un aussi.

J’ai utilisé un fil Bella de Drops : un mélange lin-viscose-coton bleu qu’il me restait d’un projet que je n’ai pas encore présenté.

C’est après l’avoir terminé que j’ai compris l’intérêt du sac filet : il est tout petit quand il est vide, mais il s’étire, s’étire, s’étiiiiiire à mesure qu’on le remplit, c’est un peu le sac de Mary Poppins : plus on en met, plus on peut en mettre. Voyez plutôt :

wp-image--284051284

En fait c’est le projet idéal pour finir les 2-3 pelotes qui trainent et qui ne seraient pas suffisantes pour faire un vêtement. C’est aussi hyper facile puisque très répétitif (on va pas se mentir) et on peut à peu près faire n’importe quoi, c’est pas très grave. Par exemple je me suis plantée un nombre incalculable de fois dans les explications, je n’ai pas le bon nombre de mailles à la fin, les anses ne sont pas espacées comme il faudrait, et… ça se voit pas, c’est magique !

J’en ai vite fait un deuxième, cette fois sans faire d’erreur en suivant les explications, et en utilisant un fil coton un peu plus lourd et moins agréable à tricoter mais parfait pour les accessoires :


C’est tout pour cet article de rentrée !

Chemise Mookai

cherry-tree-fruit-nature-63312

Aujourd’hui c’est le début des soldes, et je me rends compte que depuis que je couds, je n’achète presque plus de vêtements : à chaque fois que j’en vois un, je me dis « tiens on dirait le patron Trucmuche de chez Machin, je pourrais aussi bien le faire moi-même du coup », et combien de Areli ou de Suzon on a pu voir ce printemps ? Combien de top hippies de Vanessa Pouzet ? Du coup je n’achète plus vraiment de vêtements, ou en tout cas plus aussi souvent, mais comme je couds principalement des robes ou des pantalons, ou encore des jupes, je manque vraiment de petits tops originaux.

Ce printemps j’ai eu un coup de cœur pour absolument toute la collection capsule de Kookai, celle avec les petites broderies de coccinelles, les rayures bleues et blanches et les chemisiers à cols en forme de fleur. J’ai donc décidé de me faire une chemise ressemblante, e que s’appelorio Mookai, parce que ça ressemble à Kookai mais ça n’en est pas vraiment.

 

Photos prises sur le site de Kookai, cliquez dessus pour accéder à l’e-shop

J’ai choisi le coton TamTam Cherry vendu chez Cousette. Je ne m’attendais pas à avoir autant de mal à trouver du coton brodé en magasin, alors que ça fait un carton dans le prêt-à-porter cette saison, la logique voudrait que ce soit la même chose en tissu ? Bref.

 

J’ai hésité à acheter Mélilot, qui objectivement est la chemise qui ressemble le plus au modèle, mais j’ai tout de même une préférence pour les chemises plus ajustées, et par chance le blog de Biquette « Erreurs et Essais » en propose un patron gratuit ! (et depuis j’ai trouvé la sœur jumelle de Mélilot dans un bouquin, mais je l’ai pas encore cousue).

20170617_181302

Pour retrouver l’originalité du col de la chemise qui m’a inspirée, il fallait que je le redessine. J’ai dessiné des arrondis de 6 cm de long et 1 cm de hauteur à main levée sur la ligne de coupe du patron. Ce n’est pas grand-chose, et pourtant ça adoucit beaucoup le côté formel, classique du vêtement.

Vous me pardonnerez le tissu froissé, il faisait une chaleur à crever quand j’ai pris les photos et je n’avais pas le courage de sortir le fer à repasser.

20170617_18131320170617_181319

Je personnalise de plus en plus mes réalisations, et j’aime beaucoup ça ! Bon ça reste des trucs faciles, comme la fermeture de mon Haut-Pantalon, et bien souvent je fais mon truc à l’arrache, mais c’est un bon début 🙂

20170617_181248

J’ai coupé la taille 40 et tout fait en une après-midi. J’ai opté pour des coutures anglaises partout parce que ma surjeteuse refusait de s’enfiler, et de toute façon je trouve le rendu infiniment plus joli comme ça.

20170617_181334

Cette chemise est la première d’une série, pas forcément longue, mais en tout cas suffisamment conséquente pour renflouer mon stock de petits hauts.

Sur ce, je me taille en vacances, mais j’ai déjà plein d’idées de trucs à faire en rentrant 😉

Haut-Pantalon d’été

Je pense que le Haut-Pantalon de Louis Antoinette est définitivement mon vêtement préféré de tous les temps, rien que ça.

20170617_180328

Je l’avais déjà adopté en version hiver, et je l’aime encore plus en version été : il est tout aussi facile à coudre et tout aussi classe, et côté confort, on est quelque part entre un pyjama et un autre pyjama. C’est bien simple, il m’a sauvé la vie ce week-end de canicule ! Avec un short ou une jupe courte j’aurais certainement attrapé des coups de soleil atroces et eu bien plus chaud que dans ce chambray ultra léger.

20170617_180347

J’ai trouvé le tissu sur le site de Rascol, c’est un chambray composé à 80% de coton et 20% de polyester. La couleur m’a un peu surprise à la réception car il a l’air beaucoup moins vif sur le site, mais au final ça me plait aussi comme ça.

Comme je savais qu’il serait facile à coudre pour en avoir fait l’expérience en janvier, j’ai décider de jouer un peu avec le modèle et de le modifier à la ceinture.

Déjà, j’ai placé la fermeture façon braguette, donc le curseur s’arrête avant la ceinture.

Puis, comme je n’aime pas le contact de la fermeture éclair sur la peau, j’ai dessiné une patte, toujours façon braguette, qui se fixe sur le pantalon une fois la fermeture cousue. Images dans l’ordre de fabrication :

A gauche : Tissu thermocollé, à droite : bord arrondi cousu, retourné, surpiqué

A gauche : bord droit surfilé, à droite : le tout attaché à la fermeture

Vous remarquerez que la patte est quand même plus courte que la fermeture… mais ça marche quand même : ça ne pique pas, en ce qui me concerne, mission accomplie.

Ensuite, comme la ceinture est un simple rectangle il suffit de la couper plus longue pour prendre en compte la longueur de la patte (6 cm ici) et j’ai ajouté aussi 4 cm de l’autre côté pour intégrer un bouton (attention à ne pas oublier les marges de couture).

20170617_180402

Le seul défaut de ce pantalon, c’est qu’il est tout seul dans mon placard, il lui faut un petit frère !

20170617_180457

20170617_180432

 

Ma première jupe sur mesure

desk-office-pen-ruler

 

Ça m’arrive de me foutre de la pomme de Pierre et de ses lubies vestimentaires, mais il faut reconnaitre qu’avoir un amoureux qui a l’œil pour dénicher les belles choses, ça a ses bons côtés. Comme par exemple, quand on est sur le point de repartir bredouilles de chez Toto, et qu’il lance, « tiens, t’as vu ce tissu, il est sympa ! Tu devrais en prendre. »

C’était de la suédine grise avec des découpes et un bord en arrondis (je sais pas comment ça s’appelle en vrai). Je dis « mouais pourquoi pas, mais pour faire quoi ? » « – Une jupe, taille haute, pas trop évasée, attends je te montre. » Il avait en tête ça ou encore ça.

Bon, pourquoi pas, je prends 2 mètres et je me dis que je trouverai le patron plus tard (alors que je déteste faire ça).

Le patron de jupe trapèze auquel je pensais n’allait pas convenir puisque le bord du bas était en arc de cercle et pas droit, et je me doutais qu’avec mon tissu, dont je voulais garder le bord en arrondis (je sais toujours pas) ça ferait des coins pas très jolis.

J’ai cherché dans ce que j’avais un patron de jupe droite, ou portefeuille, mais rien. Je pense qu’il y a un an j’aurais eu la frousse de me lancer sans patron. Mais cette année la pingrerie a été plus forte, j’ai googlé « tuto patron jupe droite gratuit », et je suis tombée, non pas sur un patron tout fait, mais sur les explications pour dessiner le patron à mes mesures.

Et me voilà partie à prendre mes mesures, et à dessiner ma jupe consciencieusement, mais sans avoir les bons outils, j’ai fait avec les moyens du bord : l’arête d’une BD a servi d’équerre (heureusement que j’utilisais de la nappe en papier avec des petits motifs carrés pour me guider) et j’ai fait les arrondis à main levée, n’ayant ni compas ni perroquet. J’étais super concentrée, j’ai tout bien fait les calculs sur le téléphone de Pierre, même les plus faciles pour être sûre de ne pas me planter. Quand je lui ai rendu le téléphone, il affichait encore le dernier calcul : 11+1=12. J’ai pas fini d’en entendre parler.

Au départ je voulais la faire assez courte, comme sur les photos que Pierre m’avait montrées, mais j’ai eu la présence d’esprit de remarquer que les découpes montaient quand même vachement haut, et que si je faisais ma jupe version mini, j’allais montrer plus que mes genoux. Ce sera donc une version midi pour commencer.

DSCF3129

Une fois le patron dessiné, y a plus qu’à !

Alors effectivement, c’est à mes mesures, mais pas 1 cm de plus, c’est-à-dire que je me suis sérieusement posé la question : ce soir je choisis, est-ce que je mange ou je respire ? C’est donc une jupe qui se porte le ventre vide, et debout si possible. En fait j’ai oublié de prendre en compte l’aisance à la taille au moment de calculer la taille des pinces, et maintenant que je relis le blog sur lequel j’ai pris les explications, les 2cm sont ajoutés dans le calcul mais ce n’est pas expliqué, d’où mon erreur.

DSCF3123

Mis à part ce problème de taille, je trouve qu’effectivement le tissu convient très bien pour cette forme de jupe, elle pourrait devenir un indispensable de ma garde-robe !

 

Ce qu’il y a de bien c’est qu’il me reste encore 1m50 de tissu et que je peux toujours redessiner le patron et recommencer. Mais je voulais quand même partager ce premier essai, déjà un peu pour me la péter parce que malgré le problème de taille, elle n’est pas mal du tout ; et aussi pour me souvenir des modifications à apporter. On note donc :

  • L’aisance c’est capital si on veut pouvoir vivre dans ses fringues ;
  • La ceinture manque de tenue, peut-être utiliser un autre tissu plus rigide ?
  • Le tissu est électrostatique et me colle aux jambes : je pense qu’une doublure pourrait régler le problème ;

 

Illustration du tissu qui colle aux jambes : la jupe crépite littéralement d’électricité statique

  • Et du coup, si je mets une doublure, je peux très bien la faire plus courte puisque les petits trous donneront sur le tissu (de la doublure) et plus sur ma peau (ou le tissu de ma culotte…). Mais comme j’aime bien aussi cette longueur, pourquoi ne pas faire les 2 ?

 

J’ai bien aimé dessiner mon propre patron, c’est une première pour moi, mais certainement pas la dernière !