Kirigami, le découpage antistress

Aujourd’hui je me suis dit qu’au lieu de me contenter de poster 2-3 photos de mon dernier bricolage en date, j’allais commencer par parler du bouquin d’où sont sortis lesdits bricolages.

D’abord parce que c’est un peu malhonnête d’écrire un article sur un de mes projets sans présenter l’ouvrage duquel j’ai tiré l’idée (après on va croire que j’ai tout inventé moi-même), et ensuite parce que c’est chouette de faire découvrir ses coups de cœur, non ?

Mon dernier achat « coup de cœur » remonte donc à la semaine dernière, il s’agit du livre « Insectes en kirigami » de Mitsuhiro Imamori, aux éditions du Saxe.

20160918_211554

Aujourd’hui c’est aussi le jour où je découvre qu’après 20h il n’y a plus de lumière, et qu’il va falloir arrêter de prendre les photos à la dernière minute et apprendre à profiter des rares moments ensoleillés de l’hiver tourquennois. Youpi.

Le kirigami, c’est du découpage tout en finesse. Rien à voir avec l’origami, si ce n’est l’origine puisque c’est japonais.

J’ai trouvé le sujet original, entre les livres sur les fleurs, les papillons (bon ok, y en a aussi, mais je trouve ça chiant), les motifs pour bébés/enfants et les petites boiboites, des insectes géants qui me feraient mourir de peur en vrai, c’est classe ! Mais j’ai eu des doutes quant à la difficulté de la chose et les résultats que je pourrais en obtenir. C’est comme les livres de cuisine : le plat n’a jamais la même tête dans l’assiette que sur la photo, non ? Eh bien pas du tout : C’est facile comme tout et le résultat est bluffant. Les gabarits sont donnés, il n’y a plus qu’à les photocopier et les agrafer sur le papier pour ensuite découper, et paf, ça fait des chocapic.

20160918_211630

Moi et mon sens du détail approximatif, on a quand même réussi à faire ça, sans trop se fouler :

 

Si j’en suis capable, n’importe qui l’est aussi ! Même si le livre donne des conseils pour choisir le bon matériel et appréhender les bonnes techniques (je me confesse, je les ai pas lus), les gabarits sont conçus pour ne pas avoir à utiliser de matériel spécifique, pas même un cutter. J’ai utilisé ces ciseaux pour tout, même les petits détails des pattes et des carapaces :

20160918_211320

le kirigami a aussi un effet antistress très sympa. Là où le coloriage pour adultes m’ennuie plus qu’autre chose, je trouve que la concentration requise pour le découpage me permet de mieux me couper du monde pendant une heure ou deux, ça fait beaucoup de bien quand on se sent un peu sous pression.

Je vais me servir de mes insectes en papier pour un autre projet un poil plus ambitieux, à suivre en octobre…

Publicités

3 réflexions sur “Kirigami, le découpage antistress

  1. Pingback: [Tuto] Des trucs orange, étranges et qui dérangent | C'est le métier qui rentre

  2. Pingback: J’ai retrouvé mon Mojo | C'est le métier qui rentre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s