2 mois de bullet journal

Hello !

Bonne année, meilleurs voeux, tout ça tout ça.

Oui j’ai un peu disparu en décembre, parce que j’étais un peu occupée avec mes cadeaux maison (mais comme tout n’est pas encore reçu, j’attends avant de tout présenter).

Je reviens avec un article qui fera sûrement écho aux bonnes résolutions de nouvel an de quelques-uns : je vous présente mon bilan de bullet journal, parce que ça fait 2 mois que je l’utilise quotidiennement et que je me suis dit que ça pourrait servir à d’autres, alors voilà (non je n’ai pas décidé d’améliorer mon style en 2017).

Qu’est-ce que c’est ?

C’est un agenda qu’on construit soi-même selon ses besoins. J’avais déjà entendu parler du concept, mais ce qu’il en ressortait principalement c’était « c’est super parce que je m’organise, regarde ma vidéo : je dessine et je colle du washi tape et je joue avec des feutres. Alors j’ai préparé mon planning de la semaine prochaine, je l’ai fait en orange parce que ça me met de bonne humeur… » Sinon, est-ce que quelqu’un se souvient que l’objectif premier c’était de s’organiser ou c’est juste moi ?

Je veux bien que les gens s’éclatent avec des coloriages, mais si personne m’explique pourquoi c’est tellement mieux de gribouiller dans un Bullet Journal alors que les bouquins de coloriage pour grandes personnes d’art-thérapie servent à la même chose, ça m’intéresse pas !

Heureusement Solange a fait une vidéo qui a tout bien expliqué, et c’est après l’avoir regardée que je me suis lancée :

Ce qui m’a séduite

Pouvoir traquer ses habitudes

J’adore les outils de suivi, cocher une petite case pour pouvoir comparer mes habitudes d’un mois sur l’autre, me motiver…

L’index

Dans mes anciens agendas je commençais parfois des listes à un dimanche ou dans la couverture, sans penser à noter à quelle page elle était, et ensuite je ne la retrouvais plus. C’est bête mais il fallait y penser !

La modularité

Contrairement aux agendas, l’outil évolue à mesure qu’on l’utilise pour devenir de plus en plus adapté à ses propres besoins. On se rend compte qu’une colonne de suivi ne sert à rien ? Il suffit de ne pas la reporter au mois suivant. Si on veut ajouter une page « vue globale par semaine » après 6 mois d’utilisation, c’est aussi possible.

Mes pages du mois ont déjà évolué, et je n’en suis qu’à la troisième.

2 mois plus tard…

Séduite par les explications de Solange, j’ai commencé le mien la dernière semaine d’octobre. Sans faire de frais d’abord, j’ai bricolé un carnet avec des feuilles A4 agrafées au milieu, le temps de décider si oui ou non ça valait le coup d’acheter le carnet Leuchtturm (au passage, petit cours de prononciation pédant mais pas inutile vu le festival que c’est sur Youtube : ça se prononce Loïschtourme).

Évidemment, ça m’obsédait tellement que j’ai fini par acheter le carnet avant la fin de la première semaine, en me disant que de toute façon dans 3 semaines il couterait pas moins cher et que comme ça au moins on en parle plus.

Je ne l’ai pas regretté, heureusement : j’ai bien vite accroché au Bullet Journal. J’ai tenu un peu plus longtemps pour acheter les feutres recommandés par les fans hardcore du concept, en bon mouton que je suis, mais honnêtement, c’était pas inutile : le stylo bille qui bave, ça salit tout et c’est pas beau. Au final je  m’en tire pour quoi, 30 balles tout compris, pour 2 ans ou plus, on a vu investissement plus onéreux.

20170103_131026

Et il ne m’a pas fallu longtemps non plus pour craquer et tenter de faire du « beau », bah oui, on est influençable ou on l’est pas. Ceci dit j’ai vite trouvé la limite de mes talents de dessinatrice, et mon « beau » à moi rentrera dans la définition du minimalisme telle qu’elle est entendue par les gens qui pratiquent le bullet journal, c’est-à-dire que les fioritures et les couleurs sont réduites au minimum, même si elles existent quand même. La distinction est importante, parce que, si vous voulez, ça, c’est ce qu’on trouve sous le hashtag #minimalistbujo sur Instagram : cliquez ici et pour moi ça dépasse déjà du cadre.

Et voilà, vous vous dites, encore un article sur le Bullet Journal qui parle de tout sauf d’organisation…

Concrètement, est-ce que ça marche ?

Réponse : OUI.

Je me suis fixé quelques objectifs début novembre, parmi lesquels :

  • répéter la clarinette au moins une fois par semaine
  • avoir 3 articles d’avance pour décembre
  • préparer un maximum de mes repas du midi la veille pour le lendemain.

Aujourd’hui il n’y a qu’à regarder ma page de suivi de Novembre pour vérifier que j’ai bien atteint ces trois objectifs : j’ai révisé pour l’orchestre plus souvent en novembre que sur tout 2016  (désolée chef ! j’le ferai plus) et je n’ai pas mangé une seule fois dehors le midi. Bon je n’ai pas mes 3 articles de publiés en décembre parce que tout ne s’est pas passé comme je le voulais, mais certains étaient déjà prêts pour janvier, c’est donc une réussite.

En revanche, je me suis aperçue en décembre que me fixer des objectifs chiffrés ne fonctionnait pas si bien que ça finalement, et je ne le ferai pas pour janvier. Mais si je veux recommencer à le faire plus tard, je peux !

En commençant j’avais aussi comme objectif de ne plus remettre au lendemain les petites tâches perso, comme envoyer des recettes à une amie, aller à la banque déposer un chèque… Pour ça aussi, ça a bien fonctionné : aujourd’hui, aussitôt noté, aussitôt fait !

Bon, on ne va pas se mentir : si on a envie de procrastiner, on trouvera toujours le moyen de le faire. La preuve, je vous parle depuis le début de cadeaux de Noël que je n’ai pas encore envoyés, et j’aimerais bien vous dire que c’est la faute du père Noël, mais non, c’est moi toute seule qui ai eu la mégaflemme d’aller à la poste (puis j’ai découvert l’affranchissement de colis en ligne et une nouvelle ère a commencé).

Le secret réside dans la tyrannie de la rature : j’ai fait une semaine au crayon de bois, c’est beaucoup trop facile de gommer et de dire « pas vu, pas pris »: ce qui donne vraiment le petit kick nécessaire pour ne pas se laisser aller, c’est bien de voir cette ligne, là, celle qui n’a pas sa petite croix, c’est la preuve physique qu’on a eu la flemme. Ça, ça marche extrêmement bien. Évidemment ça reste facile à contourner : il suffit de ne pas noter dans le bullet journal pour faire semblant d’avoir oublié, oh comme c’est pratique bête…

20170103_130906

En cadeau, mon menu de la semaine

J’ai bien vite eu l’impression, en regardant ma page « semaine », que ma vie était une succession de tâches ménagères, c’est déprimant au début, mais je relativise : certes, le ménage revient tous les jours, mais je ne sacrifie plus une soirée entière pour le faire, et je profite beaucoup mieux de mes soirées et week-ends pour coudre, tricoter, jouer de la musique, lire, planifier mes articles, tester de nouvelles recettes…Simplement, si noter les tâches me donne le salutaire coup de pied aux fesses pour ne pas procrastiner, les activités « détente » ne sont pas notées, je les commence spontanément ! C’est pour ça qu’elles n’apparaissent pas sur le journal, d’où mon impression.

Du coup je comprends mieux les nanas qui se font des pages de suivi pour leur routine cheveux, le nombre de pages lues, les épisodes de séries regardés, je comprendrais même presque les doodles (pour ceux qui savent pas ce que c’est : cliquez ici) : ça permet de mettre un peu de couleur et de détente dans ces to-do lists pas franchement rigolotes.

20170103_131015

J’ai donc ajouté une page de suivi de lectures, une d’idées de lectures et de films à voir, et une de lieux à visiter plus tard. J’ai commencé une page de planification de mes articles, mais comme les objectifs de début de mois, je crois que je ne vais pas m’en servir puisque je n’ai presque rien publié de ce que j’avais initialement prévu pour décembre.

En effet-bonus : j’ai pris l’habitude de noter sur la page de droite de la semaine les plats que j’ai envie de cuisiner, et en face la liste de courses correspondante, ce qui fait que je mange mieux et que j’économise de l’argent sur mes courses. Franchement, il est pas parfait ce système?

En résumé

  • Le bullet journal, on n’est pas obligé d’investir dedans, mais c’est quand même plus sympa avec du matériel qui nous plait
  • Ça marche, mais ça ne va pas guérir ta procrastination du jour au lendemain.
  • Faire du « beau » c’est superflu, mais ça rend quand même l’exercice un peu plus agréable. Oui je suis un mouton et tant pis, je l’assume et puis c’est tout.
Publicités

4 réflexions sur “2 mois de bullet journal

  1. Cool, j’avais déjà vu ça, mais je serais trop du genre à ne pas noter… Mais bon, j’ai décidé de reprendre le dilofax, en y ajoutant une page  » objectifs » au début de chaque mois. Et pour la couture, j’ai un genre de bujo, mais il est au stade imprimé non rempli à cause d’une scarlatine intempestive 😦

    J'aime

    • C’est ce qui se passait souvent avec mes agendas avant, je les utilisais jusqu’au 15 janvier puis je les oubliais dans un tiroir… Je ne sais pas si je m’y tiendrai religieusement pour toute la vie, mais déjà tenir 2 mois, c’est une belle victoire en ce qui me concerne 😀

      J'aime

  2. Intéressant ton retour d’expérience. J’en ai commencé un en septembre juste après notre déménagement à Rome. Au début je le remplissais beaucoup (beaucoup trop et quasi uniquement de tâches ménagères !) mais cela m’a aidé à prendre conscience de certaines choses, recentrer mes priorités et paradoxalement – non pas à mieux m’organiser, mais à lâcher prise.

    J'aime

    • C’est ça, je suis peut être plus organisée mais ce n’est pas le plus grand changemebt, je me sens moins stressée, moins encombrée par les petits tracas quotidiens, ça me laisse plus d’esprit disponible pour d’autres choses

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s