Maudite

En ce moment je suis maudite, je rate tout ce que je touche. Oui, bon, j’exagère, je sais. J’ai réussi pas mal de trucs, par exemple j’ai trouvé le patron parfait pour faire des nœuds papillon et j’en ai offert une tripotée à Noël. Mais à part ça, depuis fin novembre, je rate quand même plein de trucs, on dirait que je le fais exprès.

Le pull raglan Jane Richmond

Depuis que j’ai découvert les patrons de tricot en « top down » et sans couture, je ne m’imagine pas tricoter autrement, c’est tellement agréable de pouvoir essayer son vêtement sans passer par la case couture, et même au cours de la réalisation !

Enfin, quand on pense à le faire, en fait, parce que pour celui-ci, je n’ai rien essayé du tout, et je me suis aperçue aux 3/4 qu’il était vraiment beaucoup trop grand.

20161019_132949

On reprend tout depuis le début, et arrivée la moitié de la seconde manche, je m’aperçois que je n’ai plus de laine. Ras le bol de tricoter encore et toujours la même chose ! Le joli pull attend encore que je me décide à bouger mon lard jusque chez Phildar.

Le châle Rosewater

Celui-là c’est un cadeau que j’ai offert à ma correspondante.

Mon échantillon était un millipoil trop petit, seulement 5 mm en largeur, mais je n’ai pas voulu prendre des aiguilles plus grosses, j’avais l’impression que les mailles se tenaient mieux avec des petites aiguilles.

20170104_130409

Le châle terminé doit normalement faire 1,80m de long, et il faut croire que j’ai tricoté plus serré que pendant mon échantillon, car mon châle terminé, bloqué, étiré au maximum était 40 cm trop petit.

C’est reparti avec les aiguilles de la taille au-dessus, et là, miracle, il est parfait : prêt à offrir. Et comme le « raté » est quand même joli, je le garde pour moi, tout n’est pas perdu.

Le manteau Vogue 9136

C’était le projet du mois de décembre, je voulais me coudre un manteau. Je trouve le patron, le Vogue 9136, j’achète le tissu, jusque-là ça va.

pdtimg_2976489b

J’avais déjà acheté un patron « Vogue Vintage » qui m’avait filé des sueurs froides rien qu’à lire les explications en français. Après avoir passé 2 jours à tout retraduire en français, j’avais finalement laissé tomber le projet parce qu’avec ses 65 étapes il m’avait l’air franchement trop difficile pour moi.

J’ai mis ça sur le compte de la catégorie « Vintage » : si les explications datent vraiment des années 50, à l’époque les traducteurs EN-FR compétents aux USA ne couraient peut-être pas les rues ?

Cette fois-ci j’ai tiqué quand j’ai vu que c’était Vogue, mais je me suis dit que comme c’était un « super easy » et plus actuel j’aurais sûrement moins de difficultés.

img_20161118_130703

Sérieusement ?? On est à 3 clics de n’importe quel traducteur diplômé partout dans le monde, et les explications sont toujours aussi incompréhensibles ! Sans parler des erreurs de formatage, il y a des guillemets partout à la place des lettres accentuées… ça vous arrive de relire ? Sérieusement les gens de Vogue, j’ai la chance d’être douée en langues alors ça ne m’empêchera pas de coudre mon manteau en suivant les explications en anglais, mais les gens qui savent pas, ils font quoi ? Ils se disent « je viens de mettre 15 balles dans le vent, tant pis pour moi »?

A la couture c’était une catastrophe, ma machine, bien que vaillante, n’est pas faite pour supporter autant d’épaisseur, et le tissu ne devait pas être adapté au modèle car ça tombe n’importe comment. Et c’est trop grand, aussi, vraiment beaucoup trop grand.

J’ai essayé des manteaux dans ce style en magasin, donc à la bonne taille et dans un tissu approprié et… j’aime pas du tout. Je ne sais pas ce qui m’a pris, c’est aux antipodes de ce que je porte habituellement : taille inexistante, oversize, du style, où ça ? Bref, pas pour moi du tout, en fait.

Le cropped sweater

Encore un modèle sorti de Ravelry, je l’imaginais parfaitement dans la laine Mango que j’ai reçue en cadeau à Noël, une laine polaire toute douce, une fois tricotée on dirait un doudou.

20170104_130253

Comme c’est une plaie à tricoter, les rangs avec des YO (les rangs à troutrous) n’étaient pas vraiment envisageables, je perdais une maille sur 2 sans espoir de la retrouver tant les mailles se confondent, j’ai donc remplacé par 3 rangs normaux pour quand même avoir la même longueur à la fin. Je ne sais pas si c’est mes ajustements ou juste mon échantillon qui n’était pas bon, mais encore une fois, à l’essayage:

3943

Je suis tentée de laisser tomber, mais j’imagine si bien le pull fini, je vais le refaire quand même. Avec des aiguilles plus fines, une taille en-dessous, en mesurant régulièrement… est-ce que je réussirai en 2017 à finir un tricot du premier coup ? Si ça arrive, vous en serez les premiers informés !

Publicités

3 réflexions sur “Maudite

  1. Pingback: Ma garde-robe capsule 2017, janvier : Haut-Pantalon Louis Antoinette | C'est le métier qui rentre

  2. Pingback: Garde-robe capsule 2017, Février : la chemise Simon, pour homme exigeant | C'est le métier qui rentre

  3. Pingback: Raglan sweater de Jane Richmond | C'est le métier qui rentre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s