Pakontante

Cette semaine un groupe de café tricot a mis à disposition de tous, gratuitement, ou pour 5 euros par impression (oui oui), 10 Go de patrons de tricot piqués sur le net à plus de 100 créateurs et créatrices indépendants. 

« Ah bah ouais mais on s’en fout c’est des PDF c’est pas vraiment du vol hein. » En fait je sais pas par où commencer pour expliquer à quel point c’est naze. 

Déjà on parle pas d’un patron que tu aurais acheté et que tu imprimes pour ta pote, on parle de 10 Go. Admettons qu’un patron pèse 8 Mo, on parle de 1280 patrons. Vous iriez voler 1280 magazines chez votre buraliste ? Je ne crois pas.

Ensuite, si vous les voulez ces patrons, a priori c’est qu’ils vous plaisent, j’en déduis que vous appréciez le travail de la centaine de créateurs et créatrices impactés par ce partage, et que vous aimeriez qu’ils continuent d’en proposer des nouveaux. Vous trouvez pas ça super con, de leur retirer leur gagne-pain, du coup ? Si tout le monde peut profiter de leur travail gratuitement, pourquoi ils se casseraient le cul à bosser à l’oeil ? 

Enfin, et surtout… un patron de tricot, ça coûte moins de 10 balles… faut-il être radasse. Si vous trouvez ça trop cher : achetez un magazine, c’est moins cher et il y a plus de modèles. Si 5 balles pour un magazines phildar c’est encore trop, en braderie des gens se débarrassent de collections complètes pour encore moins que ça. Et si vous voulez vraiment tricoter sans payer, il existe 15 000 patrons gratuits et en français sur Ravelry, et je suis sûre qu’il y en a bien d’autres encore sur le Web entier. Pas besoin de de rendre coupable de vol pour tricoter à l’oeil. 

Publicités

Amigurumi #3 : Pikiti la plante verte

Ça faisait très longtemps que je n’avais pas posté d’amigurumi, j’en ai fait un en janvier et ça m’a fait du bien, ce petit projet rapide et purement décoratif.

Je suis la terreur des plantes vertes, la fossoyeuse des jardins. Je fais pourrir les cactus avec brio, à la limite la seule plante que je sais faire à peu près pousser, c’est l’herbe à chat, juste le temps qu’elle soit assez haute pour remplir son office de purgatif pour félin.

dqgus0r

Les plantes font certes une très bonne décoration d’intérieur, mais il vaut mieux pour tout le monde que je n’aie pas à m’en occuper.  Du coup, pour décorer mon bureau flambant neuf, j’évite la traditionnelle plante verte évidemment.

Ce que je ne sais pas faire en horticulture, je le rattrape en crochet. Quand j’ai vu passer une photo de Pikiti la succulente, je l’ai tout de suite imaginée sur mon bureau !

20170201_134629

Aussitôt dit, aussitôt fait ! Enfin… le temps de faire les 17 pétales, le pot, le terreau, il m’a bien fallu 2 semaines, mais ça valait le coup puisque je suis aujourd’hui l’heureuse propriétaire d’une plante qui ne me claquera pas dans les doigts.

 

20170217_140606

Maudite

En ce moment je suis maudite, je rate tout ce que je touche. Oui, bon, j’exagère, je sais. J’ai réussi pas mal de trucs, par exemple j’ai trouvé le patron parfait pour faire des nœuds papillon et j’en ai offert une tripotée à Noël. Mais à part ça, depuis fin novembre, je rate quand même plein de trucs, on dirait que je le fais exprès.

Le pull raglan Jane Richmond

Depuis que j’ai découvert les patrons de tricot en « top down » et sans couture, je ne m’imagine pas tricoter autrement, c’est tellement agréable de pouvoir essayer son vêtement sans passer par la case couture, et même au cours de la réalisation !

Enfin, quand on pense à le faire, en fait, parce que pour celui-ci, je n’ai rien essayé du tout, et je me suis aperçue aux 3/4 qu’il était vraiment beaucoup trop grand.

20161019_132949

On reprend tout depuis le début, et arrivée la moitié de la seconde manche, je m’aperçois que je n’ai plus de laine. Ras le bol de tricoter encore et toujours la même chose ! Le joli pull attend encore que je me décide à bouger mon lard jusque chez Phildar.

Le châle Rosewater

Celui-là c’est un cadeau que j’ai offert à ma correspondante.

Mon échantillon était un millipoil trop petit, seulement 5 mm en largeur, mais je n’ai pas voulu prendre des aiguilles plus grosses, j’avais l’impression que les mailles se tenaient mieux avec des petites aiguilles.

20170104_130409

Le châle terminé doit normalement faire 1,80m de long, et il faut croire que j’ai tricoté plus serré que pendant mon échantillon, car mon châle terminé, bloqué, étiré au maximum était 40 cm trop petit.

C’est reparti avec les aiguilles de la taille au-dessus, et là, miracle, il est parfait : prêt à offrir. Et comme le « raté » est quand même joli, je le garde pour moi, tout n’est pas perdu.

Le manteau Vogue 9136

C’était le projet du mois de décembre, je voulais me coudre un manteau. Je trouve le patron, le Vogue 9136, j’achète le tissu, jusque-là ça va.

pdtimg_2976489b

J’avais déjà acheté un patron « Vogue Vintage » qui m’avait filé des sueurs froides rien qu’à lire les explications en français. Après avoir passé 2 jours à tout retraduire en français, j’avais finalement laissé tomber le projet parce qu’avec ses 65 étapes il m’avait l’air franchement trop difficile pour moi.

J’ai mis ça sur le compte de la catégorie « Vintage » : si les explications datent vraiment des années 50, à l’époque les traducteurs EN-FR compétents aux USA ne couraient peut-être pas les rues ?

Cette fois-ci j’ai tiqué quand j’ai vu que c’était Vogue, mais je me suis dit que comme c’était un « super easy » et plus actuel j’aurais sûrement moins de difficultés.

img_20161118_130703

Sérieusement ?? On est à 3 clics de n’importe quel traducteur diplômé partout dans le monde, et les explications sont toujours aussi incompréhensibles ! Sans parler des erreurs de formatage, il y a des guillemets partout à la place des lettres accentuées… ça vous arrive de relire ? Sérieusement les gens de Vogue, j’ai la chance d’être douée en langues alors ça ne m’empêchera pas de coudre mon manteau en suivant les explications en anglais, mais les gens qui savent pas, ils font quoi ? Ils se disent « je viens de mettre 15 balles dans le vent, tant pis pour moi »?

A la couture c’était une catastrophe, ma machine, bien que vaillante, n’est pas faite pour supporter autant d’épaisseur, et le tissu ne devait pas être adapté au modèle car ça tombe n’importe comment. Et c’est trop grand, aussi, vraiment beaucoup trop grand.

J’ai essayé des manteaux dans ce style en magasin, donc à la bonne taille et dans un tissu approprié et… j’aime pas du tout. Je ne sais pas ce qui m’a pris, c’est aux antipodes de ce que je porte habituellement : taille inexistante, oversize, du style, où ça ? Bref, pas pour moi du tout, en fait.

Le cropped sweater

Encore un modèle sorti de Ravelry, je l’imaginais parfaitement dans la laine Mango que j’ai reçue en cadeau à Noël, une laine polaire toute douce, une fois tricotée on dirait un doudou.

20170104_130253

Comme c’est une plaie à tricoter, les rangs avec des YO (les rangs à troutrous) n’étaient pas vraiment envisageables, je perdais une maille sur 2 sans espoir de la retrouver tant les mailles se confondent, j’ai donc remplacé par 3 rangs normaux pour quand même avoir la même longueur à la fin. Je ne sais pas si c’est mes ajustements ou juste mon échantillon qui n’était pas bon, mais encore une fois, à l’essayage:

3943

Je suis tentée de laisser tomber, mais j’imagine si bien le pull fini, je vais le refaire quand même. Avec des aiguilles plus fines, une taille en-dessous, en mesurant régulièrement… est-ce que je réussirai en 2017 à finir un tricot du premier coup ? Si ça arrive, vous en serez les premiers informés !

[Tuto] Emballer ses cadeaux avec des feuilles A4

C’est arrivé à tout le monde un jour : on est le 24 décembre, c’est la catastrophe, tous les cadeaux ne sont pas emballés et y’a plus de papier. Évidemment il n’est pas question de s’engouffrer dans un magasin pour en racheter maintenant, pas le temps (et qui en a vraiment l’envie, sérieux, un magasin le 24 décembre, no way)

J’ai une solution pour ça ! Elle nécessite d’avoir une imprimante, un accès Internet, une paire de ciseaux, du scotch et du papier A4.

  • Allez sur Pinterest ou Google Images, et cherchez « Free printable wrapping paper« . On peut aussi chercher « papier cadeau à imprimer gratuit », mais vous aurez plus de résultats en anglais.
  • Là vous allez tomber sur la blinde de sites qui proposent des motifs à imprimer, fouillez dessus, enregistrez ceux qui vous plaisent
  • Si vous aimez bien ajouter des petits zigouigouis genre des étiquettes pour le nom, procédez de la même façon, mais cette fois la recherche c’est « Free printable gift tags« .
  • Imprimez les papiers et étiquettes qui vous plaisent le plus, et voilà, vous venez de renflouer votre stock, vous allez pouvoir emballer vos derniers cadeaux.

20161213_130212

C’est bien beau, mais une feuille A4, c’est à peine assez grand pour couvrir un CD, on va pas aller loin avec ça.

QUE TU CROIS.

J’ai jamais dit qu’une feuille suffirait ! Le secret c’est d’en combiner plusieurs… Et aussi de ne pas être trop perfectionniste sur l’envers, parce qu’on va pas se mentir, c’est quand même une technique pour gens qui n’ont pas d’autre solution, alors on est bien conscient qu’on n’est pas Christo en train d’envelopper le Pont Neuf, d’accord ?

Je fais des efforts pour proposer des articles de qualitay, cette fois j’ai fait des photos de chaque étape. Je les ai prises à l’arrache au bureau, à la pause de midi, je me suis dit que la qualité pourrave et la luminosité affreuse nous mettraient bien dans l’ambiance « panique du 24 décembre ». Non en fait j’ai mal planifié mon truc, c’est tout.

Pour emballer un CD ou un petit livre

Si on essaie de couvrir un livre ou un CD avec une feuille A4, on va être très juste avec une seule feuille. On va donc combiner plusieurs feuilles entre elles pour élargir le  papier :

  • Choisir 2 motifs assortis, imprimer 2 fois le motif 1, 1 fois le motif 2.
  • Couper une feuille « motif 1 » dans la largeur en 2 parties égales
  • Couper une bande de la largeur désirée dans le « motif 2 » : plier les côtés découpés pour faire des bordures bien nettes
  • Placer la bande « motif 2 » entre les deux morceaux du motif 1 et assembler discrètement (avec du scotch double face ou de la colle mais sans baver)

20161213_132331

  • Emballer le CD, maintenant tout est couvert.

20161213_132518

  • Facultatif : couper une bande de « motif 1 » dans la longueur de la deuxième feuille, plier les bords, la placer autour du CD et scotcher discrètement à l’arrière

20161213_132918

 

Ça marchera aussi pour les livres pas trop grands, les cadeaux dans des petites boîtes carrées, les formes pas trop difficiles à emballer.

Pour emballer un bijou, des truffes au chocolat…

Pour ça je me fatigue pas, je fais comme la dame :

Là encore, à vous d’ajouter des étiquettes, du ruban…

La vidéo dure 7 minutes, mais quand on a l’habitude, c’est plié en 3 minutes.

Et si on n’a pas d’imprimante ?

La même technique peut s’appliquer aussi, on change juste de matériau, vous pouvez :

  • utiliser un morceau de papier cadeau, oui le rouleau est vide, j’ai bien compris, mais il y a sûrement une chute qui traîne non ?
  • sacrifier une page d’un bouquin
  • ou même écrire au gros feutre noir des mots dans le thème de Noël sur une feuille blanche

Et ça marche aussi bien !

Et si mon cadeau est trop grand ?

A moins de vivre dans une grotte depuis plus d’un an, vous avez forcément mis vos courses dans un sac en papier kraft du supermarché cette année. S’il y en a un qui traîne chez vous, découpez dedans et vous obtiendrez une bande de kraft de 1m sur 60 cm, suffisante pour couvrir les cadeaux un peu plus grands.

 

20161213_133951

 

Une fois les cadeaux couverts, on peut y ajouter des décos pour que ça ait l’air un peu moins « à l’arrache ».

On a quand même de la chance que le papier kraft soit à la mode depuis quelques années, on dirait presque que c’est fait exprès ! Il y a 5 ans ça aurait eu l’air vachement cheap non ?

Voilà il ne me reste plus qu’à souhaiter bon courage à ceux pour qui l’emballage des cadeaux est une corvée quel que soit le papier, et bon amusement à ceux qui comme moi pourraient y passer des heures 🙂

[Couture] Chemise aux 3 cols

Aujourd’hui je suis contente parce que j’ai enfin trouvé comment commencer mon article sur le projet du mois d’octobre.

Je l’ai recommencé des dizaines de fois, je n’arrivais pas vraiment à le prendre sous un angle qui me convienne, l’article était toujours mou, bof, pas enthousiasmant…

J’ai fini par comprendre pourquoi : en fait ce projet du mois n’est pas comme les autres, parce qu’il sort de mes habitudes : ce n’est pas du tout le genre de vêtement que j’aurais acheté si je l’avais vu en magasin et je ne sais pas le porter. Il était donc logique que mon manque d’enthousiasme se ressente dans mon écriture !

D’abord, qu’est-ce que c’est que ce vêtement ?

Il s’agit de la chemise aux 3 cols de l’entreprise créatrice de patrons originaux Louis Antoinette, en partenariat avec Elsa Muse (une blogueuse que je ne connaissais pas).

img_20160418_195928

C’est une chemise sans fioriture si ce n’est son principal attrait : ses 3 cols au choix, un droit, un arrondi, et un en forme de bouche (paraît-il), et, tout de même, deuxième originalité : la possibilité de cacher les boutons avec un revers sur le devant, pratique quand on rate une boutonnière sur deux !

Vous allez me dire, rien ne me forçait à choisir ce projet, je pouvais très bien faire autre chose. Voici les raisons pour lesquelles j’ai choisi ce patron :

  • C’est toujours bien d’avoir quelques vêtements classiques dans son dressing pour les événements plus ou moins officiels (rendez-vous professionnels, etc.) et je n’avais qu’une chemise en stock ;
  • Le patron était en édition limitée, du coup je me suis sentie obligée de l’acheter ;
  • La nana sur les photos du site (qui doit donc être Elsa Muse) a les cheveux courts et platine comme moi. Ça me donnait donc une idée très précise de ce que le vêtement donnerait une fois terminé, et comme les photos du site la mettent super bien en valeur, j’ai craqué.

Je suis tout à fait d’accord : ça ressemble à un achat compulsif. OK, c’en est un.

20161023_131353

J’ai apprécié coudre cette chemise : les explications sont claires, les symboles sur le patron sont faciles à suivre, le tissu n’apporte aucune complication, et j’ai ajouté ma touche personnelle en utilisant un tissu rouge vif sur l’envers du col et des poignets.

Mais quand est venu le moment de la porter… Je me maquille rarement, j’oublie souvent de mettre des bijoux à part mes deux anneaux à l’oreille droite, et j’ai les cheveux très courts. Ajoutez à cela une chemise large boutonnée jusqu’en haut avec un col montant, de loin dans le brouillard on dirait un homme un peu fluet avec l’oreille percée (oui, je sais, on dirait pas ça pour de vrai, mais dans ma tête c’est ce que je ressens.)

Je me suis forcée à la porter comme ça le 31 octobre par principe, pour dire que je l’avais finie dans les temps, mais je me suis sentie déguisée en Ellen de Generes (à qui ça va très bien, c’est pas la question) (ça tombe bien, c’était Halloween).

J’aime bien attraper le premier truc qui me tombe sous la main en m’habillant le matin sans avoir à réfléchir à la tenue, mais là, pas possible : si je voulais aimer cette chemise et ne pas l’oublier immédiatement au fond du placard, il allait falloir composer une tenue complète (vêtements, chaussures, maquillage et accessoires) qui casse son côté masculin.

J’ai donc fait plusieurs tests, et j’ai fini par trouver l’ensemble qui la met en valeur.

dscf3017

dscf3014

dscf2998

dscf3007

Vous trouvez que les photos sont un peu sombres ? Dites-vous qu’elles ont été prises un jour ultra ensoleillé à 13h, et que j’ai poussé à fond la luminosité. Si vous vous demandiez encore pourquoi j’aime pas l’automne…

Au final, à force de tests, je porte maintenant ma chemise volontairement (si si) et je l’aime bien, même.

Chemise aux 3 cols de Louis Antoinette, col Claude et boutons invisibles
Tissu blanc: Papi Tissus, tissu rouge : Fat Quarter
Taille 38

Article de saison

C’est l’automne, les feuilles tombent, ça fait des jolies couleurs, ouh la la fait pas chaud, et puis il fait noir le matin.

Ouais ben allez-y, faites-la l’intro de saison qui sent pas le réchauffé, vous ! Autres choses qui ne sont pas des scoops : le 29 octobre on change d’heure (en recule, même, ça vous évitera de vous poser la question), octobre c’est le mois de la citrouille, c’est aussi le mois des impôts locaux et du lancement officiel de la saison de la raclette. Comme ça vous savez tout.

Sinon octobre c’est aussi le moment de parler des tricots de septembre. Pas de pull cette fois, mais des accessoires pour passer l’hiver les doigts et les oreilles au chaud. Je les ai réalisés avec un écheveau LBA « happy accident », c’est un accident de teinture qui s’avère être plutôt chouette, et comme il n’y en a pas deux pareils, mes petits accessoires d’hiver seront les seuls au monde à avoir cette couleur. C’est un peu la classe. C’est aussi franchement 90’s avec du fluo partout, je pense qu’il faut une bonne dose d’autodérision, être né entre 1980 et 1995, et se moquer complètement de la mode pour les porter et comme c’est mon cas, ça tombe très bien !

20161017_124249

Dragonscale Gauntlets

Un modèle facile trouvé sur Ravelry, encore une fois. Le motif est joli, simple à assimiler, ça se tricote facilement avec une aiguille circulaire, et en plus il est gratuit. J’aime bien les mitaines longues parce qu’elles couvrent le poignet et on ne se retrouve pas avec un espace vide entre la fin de la manche et le début de la mitaine, un phénomène qui est dans mon top 10 des petits trucs les plus désagréables dans la vie avec marcher pieds nus sur un sol sale, se rendre compte qu’il n’y a plus de chaussettes propres et entendre le chat vomir sans savoir le localiser.

Sur celui-ci j’ai même rallongé la partie qui recouvre les doigts pour pouvoir taper au clavier sans avoir froid aux doigts mais sans avoir des moufles non plus, et c’est la longueur idéale !

20161009_144552

20161009_144545

20161009_144535

Bandeau sans titre

20161017_124226

Pour celui-là je n’ai pas utilisé de modèle, j’ai juste tricoté une bande un petit peu plus petite que mon tour de tête que j’ai cousue aux extrémités, puis une plus petite bande que j’ai cousue autour de la première pour faire le « noeud » qui cache la couture, et voilà.

20161017_12430620161017_124320

On me voit plus-on me voit

Voilà, c’est tout pour aujourd’hui ! J’avais dit que je ne tricoterais pas en octobre, et puis on m’a donné de la laine, alors j’ai été OBLIGEE de commencer un pull. Qui sera fini en novembre je pense.

La semaine prochaine on parle déco d’Halloween ou d’automne, découpage et gros insectes affreux mais mignons quand même.

Cardigan Grace, de Jane Richmond et avec La Bien Aimée

Ami lecteur, amie lectrice, je t’avertis tout de suite, ne te laisse pas berner par la sobriété du titre : cet article va être un immense pavé qui aurait l’air d’être écrit par ta cousine hyperactive de 8 ans à qui tu viens d’offrir une poupée de la Reine des Neiges. Considère-toi comme prévenu-e et lis la suite à tes risques et périls.

http-_mashable-com_wp-content_uploads_2013_07_excited-baby

Ce projet de l’été, je sais pas par où commencer pour expliquer à quel point je le trouve génial, fabuleux, extraordinaire.

On va commencer par le commencement : déjà, je l’ai trouvé sur Ravelry. Et ce site, ça a été une sacrée révélation. Des dizaines de milliers de modèles, pour tous les goûts, tous les styles (il y a même des trucs franchement très chelous). On en trouve dans toutes les langues, j’aurais donc pu me limiter au choix en français (qui est déjà très large) mais après avoir lu un article de Sandra qui expliquait combien le tricot en anglais avait changé sa façon de tricoter, j’ai jeté mon dévolu sur un modèle en anglais et fait la même découverte qu’elle : les explications sont très simples, il y a 2-3 acronymes à comprendre mais rien qu’un glossaire bilingue ne puisse décrypter.

14835

Avec l’anglais et Ravelry j’ai découvert le « top down » (tricot de haut en bas) et le « seamless » (sans couture) :  on n’est pas obligé de tricoter d’abord le devant, ensuite le dos, puis les manches, et de bas en haut : ce modèle se tricote d’une seule pièce et de haut en bas, c’est quand même bien plus pratique pour l’essayer et l’adapter à sa morphologie ! Il n’y a aucune couture, ni aux manches, ni sur les côtés, pas même pour l’encolure. Certes, on a l’impression d’avancer moins vite, mais les finitions sont à tomber ! Et une fois la dernière maille rabattue, il ne reste qu’à rentrer les fils et coudre les boutons pour enfin le porter (enfin après le bloquage/séchage quoi).

Et la laine. Mon dieu, cette laine. Par quoi je commence ? le toucher, la chaleur ou la couleur ?

Bon, la couleur : elle s’appelle Peony Graffiti. Un graffiti de pivoine. C’est exactement ça en fait : c’est un camaïeu de rose presque blanc à rose layette, avec des tâches orange, vert foncé et prune foncé qui évitent à l’ensemble d’avoir l’air trop cucul, et qui rappellent absolument toutes les nuances qu’on peut trouver sur les pivoines.

2016-06-22

Habituellement à la fin d’un tricot je fais une overdose de la couleur sur laquelle je viens de m’user les yeux pendant des semaines, mais là pas du tout, je suis prête à recommencer quand vous voulez. La pivoine c’est ma fleur préférée aussi, ça aide.

Ensuite, la qualité de cette laine. 100% mérinos, elle est douuuuce. Et fine et chaude. Tellement chaude que j’ai pas pu tricoter en août tellement elle me chauffait les mains. Là il fait encore 20 degrés dehors, mais au travail j’ai froid, tout le temps. Eh bien pas avec ce cardigan. J’ai envie de m’en faire un bodysuit que je n’enlèverais jamais de la vie. Tu te souviens, en juin je disais que quand même, 24-26 euros pour 100 grammes de laine c’était « hors de prix » ? Nope. Une telle qualité, teinte à la main en France, à ce prix, c’est totalement justifié.

Que dire de plus ? Rien en fait, je laisse parler les photos !

20160925_115140

 

20160925_115154

 

20160925_115203

 

20160925_115245

 

20160925_115226