Haut-Pantalon d’été

Je pense que le Haut-Pantalon de Louis Antoinette est définitivement mon vêtement préféré de tous les temps, rien que ça.

20170617_180328

Je l’avais déjà adopté en version hiver, et je l’aime encore plus en version été : il est tout aussi facile à coudre et tout aussi classe, et côté confort, on est quelque part entre un pyjama et un autre pyjama. C’est bien simple, il m’a sauvé la vie ce week-end de canicule ! Avec un short ou une jupe courte j’aurais certainement attrapé des coups de soleil atroces et eu bien plus chaud que dans ce chambray ultra léger.

20170617_180347

J’ai trouvé le tissu sur le site de Rascol, c’est un chambray composé à 80% de coton et 20% de polyester. La couleur m’a un peu surprise à la réception car il a l’air beaucoup moins vif sur le site, mais au final ça me plait aussi comme ça.

Comme je savais qu’il serait facile à coudre pour en avoir fait l’expérience en janvier, j’ai décider de jouer un peu avec le modèle et de le modifier à la ceinture.

Déjà, j’ai placé la fermeture façon braguette, donc le curseur s’arrête avant la ceinture.

Puis, comme je n’aime pas le contact de la fermeture éclair sur la peau, j’ai dessiné une patte, toujours façon braguette, qui se fixe sur le pantalon une fois la fermeture cousue. Images dans l’ordre de fabrication :

A gauche : Tissu thermocollé, à droite : bord arrondi cousu, retourné, surpiqué

A gauche : bord droit surfilé, à droite : le tout attaché à la fermeture

Vous remarquerez que la patte est quand même plus courte que la fermeture… mais ça marche quand même : ça ne pique pas, en ce qui me concerne, mission accomplie.

Ensuite, comme la ceinture est un simple rectangle il suffit de la couper plus longue pour prendre en compte la longueur de la patte (6 cm ici) et j’ai ajouté aussi 4 cm de l’autre côté pour intégrer un bouton (attention à ne pas oublier les marges de couture).

20170617_180402

Le seul défaut de ce pantalon, c’est qu’il est tout seul dans mon placard, il lui faut un petit frère !

20170617_180457

20170617_180432

 

Publicités

KAL lattice or braid partie 2/2

lattice or braid 2 couleur

Pour la partie 1/2, CLIC

La fois passée on a vu comment monter les épaules de Lattice or Braid (enfin Braid en ce qui me concerne). Bon bah une fois que c’est fait on tricote en rond jusqu’en bas, rien de bien sorcier.

Un détail m’a demandé un poil de réflexion quand même : les rayures, et la question qui me préoccupait plus précisément,  quelle est la meilleure technique pour gérer le changement de couleur ? Faut-il vraiment couper le fil à chaque fois ?

C’est ce que j’ai fait au début, pour les 6 premières rayures : je me suis dit que si j’attendais la fin pour rentrer les fils ça allait être un joyeux bordel, alors j’ai fait une première fournée de rentrage.

20170511_125612

Il m’a fallu pas loin d’une heure pour rentrer 12 morceaux de fil. Il faut faire environ 30 rayures, soit 60 bouts de fil, une petite règle de 3 m’apprend qu’il me faudrait cinq heures, presque une journée de travail, ou 5 pauses repas, rien que pour rentrer les fils une fois le tricot terminé.

Watch me….

giphy

Donc non, évidemment que j’allais chercher un autre moyen de faire mes rayures.

J’ai trouvé une technique peut-être pas très orthodoxe, qui se voit un peu de l’extérieur mais qui m’aura permis d’écourter la corvée :

Lors du deuxième rang de couleur principale, tricoter jusqu’à l’avant-dernière maille:

20170516_131936

Passer le fil de oculeur contrastante sur l’avant entre l’avant-dernière et la dernière maille

20170516_132000

Tenir le fil contrastant et le fil principal ensemble et tricoter la dernière maille à l’envers, avec les 2 fils.

20170516_132029

Repasser les deux fils derrière et tricoter le troisième rang normalement avec le fil de couleur principale

20170516_132958

Et ensuite tricoter le rang de couleur contrastante normalement.

20170516_133029

Et on recommence pour chaque rayure.

Si le changement de couleur était plus espacé, je pense que j’aurais continué à couper les fils et les rentrer au fur et à mesure, mais finalement ma petite trouvaille m’a permis de gagner du temps sans influencer l’aspect extérieur du pull, donc pour une fois, vive la flemme.

J’aurais du finir cet article directement avec les photos de mon pull porté, mais il lui manque encore une manche et je ne vais pas la finir avant une bonne dizaine de jours car j’arbore un nouvel accessoire fort peu seyant et pas super pratique pour tenir des aiguilles :

20170524_123329.jpg

Le tricot est addictif et provoque des effets néfastes sur la santé, ne commencez pas.